O14266
Milan Kundera : "Les testaments trahis"



O14266 Milan Kundera : "Les testaments trahis"

"Les testaments trahis"

Milan Kundera

Gallimard

1993



Quart Livre

Panurge traité de cocu.

Il se venge.

Il achète au coupable un mouton.

Le jette à la mer.

Il se précipite sur les moutons, non pour les sauver, mais pour les empêcher de remonter dans le bateau.

Il déclare que les trépassés sont plus heureux que les vivants.



Que pense Rabelais ?

Cruauté de Panurge.

Anticlérical.

Contre la bêtise des clichés religieux de Panurge.



Octavio Paz

Ni Homère ni Virgile ne connurent l’humour.

Il prend forme avec Cervantès.

L’humour rend tout ce qu’il touche ambigu.



Le bateau va chavirer

Panurge ne fait que gémir.

La tempête se calme.

Il gourmande tous les sauveteurs pour leur paresse.

Il ne provoque aucune indignation.

Mais c’est au moment de sa vantardise que nous l’aimons le plus.



Humour

Territoire où le jugement moral est suspendu.



Temps modernes

Dédivinisation du monde.

Profanation.

L’individu, ego qui pense et remplace Dieu en tant que fondement de tout.



La religion et l’humour sont incompatibles.



J’ai été élevé comme athée.

Je m’y suis plu jusqu’au jours où, dans les années les plus noires du communisme, j’ai vu des chrétiens brimés.

Alors, mon athéisme provocateur et enjoué s’est envolé,

Telle une niaiserie juvénile.

J’accompagnais parfois mes amis à la messe.



Max Brod crée le mythe de Kafka.

C’est la plus grande œuvre de sa vie.



Dans un souvenir, on ne retrouve pas la PRESENCE d’n mort.

Les souvenirs ne sont que la confirmation de son absence.

Retour à la page d'accueil : ici