O14252
Pierre Grimal : "Némésis"



O14252 Pierre Grimal : "Nemesis"

"Némésis"

Dictionnaire de la mythologie grecque et romaine

Pierre Grimal

Puf

1996



A la fois une divinité et une abstraction.



Divinité

Un mythe

Aimée de Zeus.

Elle est une des filles de Nyx (la Nuit).

Elle cherche à éviter l’étreinte du dieu.

Pour cela, elle prend mille formes diverses.

Et finit par se changer en oie.

Mais Zeus devient cygne et s’unit à elle.


Elle pond un œuf, que les bergers ramassèrent et donnèrent à Léda.

De cet œuf sortirent Hélène et les Dioscures.



Némésis, symbole.

Elle personnifie la vengeance divine.



Parfois la divinité qui, comme les Erinyes, châtie le crime.

Mais le plus souvent, la puissance chargée d’abattre toute DEMESURE.

Par exemple, l’excès de bonheur chez un mortel.

Ou l’orgueil des rois.

Etc.



C’est une conception fondamentale de l’esprit hellénique.

Tout ce qui s’élève au-dessus de sa condition,

En bien comme en mal,

S’expose à des représailles des dieux.



Il tend, en effet, à bouleverser l’ordre du monde.

A mettre l’ordre universel en péril.

A ce titre, il doit être châtié.



Si l’on veut que tout l’univers demeure ce qu’il est.



Ainsi, Crésus.

Trop heureux de ses richesses et de sa puissance,

Il est entraîné par la Némésis dans son expédition contre Cyrus, qui finit par amener sa ruine.



Rhamnonte, petite ville d’Attique située non loin de Marathon.

Un sanctuaire célèbre.

La statue de la déesse avait été taillée par Phidias dans un bloc de marbre de Paros apporté par les Perses qui le destinaient à en faire un trophée après la prise d’Athènes.

Les Perses, contre les Grecs, s’étaient montrés trop sûrs de leur victoire, signe de démesure.



Ils ne prirent jamais Athènes.



La Némésis de Rhamnonte avait suscité l’armée athénienne de Marathon.

Retour à la page d'accueil : ici