O14219
Je n’ai plus de dieu, ni la moindre croyance ; mais j’invente des rites. A la naissance, oindre le bébé du liquide vaginal de la mère…



O14219 Je n’ai plus de dieu, ni la moindre croyance ; mais j’invente des rites. A la naissance, oindre le bebe du liquide vaginal de la mere...

Par Yves Ville, professeur de gynécologie-obstétrique, et Philippe Hélary, pédopsychiatre.

Le Monde 02-03-16



L’ensemble des muqueuses accessibles de l’organisme humain est colonisé par une flore microbienne abondante et diversifiée, appelée microbiote. Ces micro-organismes exercent des effets bénéfiques essentiels sur la santé de l’individu. De très nombreuses affections humaines seraient liées à des déséquilibres de la composition du microbiote.
A la naissance, le nouveau-né est exposé pour la première fois à un large éventail de micro-organismes à partir d’une variété de sources, y compris le microbiote vaginal de leur mère lorsqu’ils naissent d’un accouchement par voie basse.
La naissance par césarienne induit une colonisation du nouveau-né dominée par la flore de la peau maternelle. Un certain nombre d’études ont rapporté une association entre la naissance par césarienne et des problèmes affectant ces enfants. Le microbiote, à travers des observations scientifiques fortuites mais aussi du fait d’une popularité croissante, pour ne pas dire une mode, a été désigné comme le lien entre la césarienne et le risque de maladies.
Une théorie encore marginale est développée, arguant que les enfants nés par césarienne pourraient bénéficier, à leur naissance, d’un ensemencement par la flore vaginale de leur mère pour être colonisé « comme pendant un accouchement ». Dans cette forme de nouveau rite païen, le père enduit la bouche et l’anus du nouveau-né d’une compresse imbibée des sécrétions vaginales de la mère (vaginal seeding).
Dans son édition du 23 février, le British Medical Journal s’émeut et alerte contre le développement de cette pratique en Grande-Bretagne, à juste titre et pour plusieurs raisons : il n’y a aucune preuve que le microbiote de l’enfant soit modifié par cette pratique, et le vagin porte de nombreux germes normaux (streptocoques) ou pathogènes (maladies sexuellement transmissibles) pouvant avoir des conséquences infectieuses dramatiques pour le nouveau-né.
Il est naïf de penser que le fœtus n’est exposé à la flore vaginale que lorsque la tête passe à travers l’orifice vaginal sur le périnée et d’ignorer l’exposition constante à cette flore bien avant l’accouchement, dès l’ouverture de la poche des eaux. Le rôle des antibiotiques doit également être pris en compte dans les études futures puisqu’ils sont prescrits, et à juste titre, à la mère dans au moins 20 % des accouchements.
Dans le domaine de la santé, le « mythe de la naturalité » se nourrit des scandales sanitaires et du large écho donné à la parole de toute personne s’estimant victime d’un effet secondaire lié à un produit de santé, ainsi que d’une confiance peu critique dans les habitus naturels pour éviter les maladies. Une publication de l’OMS datant de 2003 soulignait la popularité croissante de la médecine naturelle dans toutes les sociétés civilisées.
En remplaçant l’acte symbolique de « couper le cordon ombilical » entre la mère et l’enfant par le tiers paternel, nécessaire au processus de « triadi¬fication », cet ensemencement de la flore vaginale effectué par le père ferait de celui-ci l’exécutant de cette organisation fusionnelle fantasmatique.
C’est ne pas tenir compte de l’évolution généralement favorable des maux psychiques maternels négatifs de la césarienne, car, chez la plupart de ces mères, une consolidation et une réorganisation psychique de ces maux s’effectuera grâce à l’organisation des inter¬actions précoces mères-bébés. A l’inverse, s’il existe un état de stress post-traumatique consécutif à leur accouchement qui peut concerner 5 % des mères, cette technique pourrait favoriser l’enkys¬tement d’un mal-être psychologique unissant la mère et l’enfant.



De nouveaux rites, pour remplacer les autres, qui n’ont plus la cote.



Une crypto-religiosité.

Retour à la page d'accueil : ici