O14217
Zizek Slavoj, au fait des horreurs de Hitler-Staline, réfléchit au destin de l’homme. Que les comparses renoncent à Jérusalem…



O14217 Zizek Slavoj, au fait des horreurs de Hitler-Staline, reflechit au destin de l’homme. Que les comparses renoncent a Jerusalem...

Au Caire, un hazan bulgare, qui chante la prière, et qui porte ce nom.



Slavoj est né en Slovénie.



Rabi Yossef Karo a un maître en Turquie, Rabi Pinhas Tchitchek. Ascète, il dort, toute sa vie, sur un tabouret-table. Avec ses bras et ses jambes pendants.



J’aime que Slavoj sympathise avec le triste sort des Palestiniens.



Il s’inspire du jugement de Chlomo, dont j’ai peine à croire qu’il était sage.



Son "jugement" parvient à reconnaître la "vraie mère", parmi les deux prostituées.



Juifs et Palestiniens, dit Zizek, doivent renoncer à Jérusalem, au lieu qu’elle soit constamment ensanglantée.



Brecht raconte la même histoire, avec "le cercle de craie Caucasien".



A égalité, les deux criminels du Moyen Orient, installés là où ils ne devraient pas.



Ici, les deux bébés sont morts, comme le juge.



Comme Dieu.



Ne pas faire tant d’histoires, et faire preuve d’un peu de noblesse…

Retour à la page d'accueil : ici