O14209
Sentences : "Publilius Syrus"



O14209 Sentences : "Publilius Syrus"

"Publilius Syrus"

Sentences



Internet



C'est mourir deux fois que mourir au caprice d'autrui.
Publilius Syrus ; Sentences - Ier s. av. J.-C.
On ne rit pas de tout avec tout le monde.
Publilius Syrus ; Sentences - Ier s. av. J.-C.
Dans les évènements incertains, l'audace est tout.
Publilius Syrus ; Sentences - Ier s. av. J.-C.
Une mauvaise langue est l'indice d'un mauvais cœur.
Publilius Syrus ; Sentences - Ier s. av. J.-C.
Il ne faut pas ajouter foi à ce que dicte la douleur.
Publilius Syrus ; Sentences - Ier s. av. J.-C.
Seconder un coupable, c'est l'être deux fois.
Publilius Syrus ; Sentences - Ier s. av. J.-C.
Une dignité déshonore celui qui en est indigne.
Publilius Syrus ; Sentences - Ier s. av. J.-C.
La fortune ne se contente jamais de nuire une seule foi.
Publilius Syrus ; Sentences - Ier s. av. J.-C.
Il faut dédaigner ce qu'on peut perdre.
Publilius Syrus ; Sentences - Ier s. av. J.-C.
Un jour ôte aisément ce qu'un jour a donné.
Publilius Syrus ; Sentences - Ier s. av. J.-C.
La fortune est, comme le verre, brillante et fragile.
Publilius Syrus ; Sentences - Ier s. av. J.-C.
Les offenseurs détestent les offensés.
Publilius Syrus ; Sentences - Ier s. av. J.-C.
Qu'importe ce que vous avez, ce qui vous manque est bien plus considérable.
Publilius Syrus ; Sentences - Ier s. av. J.-C.
L'orgueil détruit l'intérêt que le malheur inspire.
Publilius Syrus ; Sentences - Ier s. av. J.-C.
Dompter sa colère, c'est vaincre un grand ennemi.
Publilius Syrus ; Sentences - Ier s. av. J.-C.
Il est honteux de dire ce qu'il n'est pas honnête de faire.
Publilius Syrus ; Sentences - Ier s. av. J.-C.
L'emprunteur se place au-dessous du préteur.
Publilius Syrus ; Sentences - Ier s. av. J.-C.
L'oubli de soi-même est la pierre de touche de la vraie grandeur.
Publilius Syrus ; Sentences - Ier s. av. J.-C.
Vénus impérieuse est moins forte que Vénus caressante.
Publilius Syrus ; Sentences - Ier s. av. J.-C.
Un prompt refus affaiblit la déception.
Publilius Syrus ; Sentences - Ier s. av. J.-C.
Celui qui fait un second naufrage ne peut accuser Neptune.
Publilius Syrus ; Sentences - Ier s. av. J.-C.
L'indulgence nous ménage de bons défenseurs.
Publilius Syrus ; Sentences - Ier s. av. J.-C.
Un bienfait est dû comme il est accordé.
Publilius Syrus ; Sentences - Ier s. av. J.-C.
Le bonheur le plus facile à faire est celui d autrui.
Publilius Syrus ; Sentences - Ier s. av. J.-C.
La colère meurt promptement dans un bon cœur.
Publilius Syrus ; Sentences - Ier s. av. J.-C.
L'or irrite la soif de l'or, et ne l'étanche pas.
Publilius Syrus ; Sentences - Ier s. av. J.-C.
Celui-là dort bien qui ne sent pas combien il dort mal.
Publilius Syrus ; Sentences - Ier s. av. J.-C.
L'inaction est toujours le meilleur parti pour celui qui n'a pas de bonheur.
Publilius Syrus ; Sentences - Ier s. av. J.-C.
Il faut voir dans le mal d'autrui ce qui est à fuir.
Publilius Syrus ; Sentences - Ier s. av. J.-C.
Savoir rendre, c'est multiplier les bienfaits.
Publilius Syrus ; Sentences - Ier s. av. J.-C.

Retour à la page d'accueil : ici