O14193
François Angelier : "Bloy, ou la fureur du juste"



O14193 Francois Angelier : "Bloy, ou la fureur du juste"

"Bloy, ou la fureur du juste"

François Angelier

Points

2015



1846-1917.



Aucune illusion n’est plus tenable,

Il faut goinfrer comme des bestiaux ou contempler la face de Dieu.



Insupportable.



Il trouva la force de subsister sans groin, dans une société sans Dieu.



Il souhaita entrer au Paradis avec une couronne d’étrons.



Impatient.

Le captif de l’absolu.

Le va-nu-cœur.

L’irrécupérable.

Le harki du saint troupeau.

Le héraut de Dieu.

………………………………



Il se qualifie

Le désespéré.

Le mendiant ingrat.

Le vieux de la montagne.

Le pèlerin de l’absolu.

Le pèlerin du saint tombeau.



Franc-tireur de la foi.

Pauvre de Dieu, voué à l’errance.

Proclamation furieuse du message catholique.



Une imploration furieuse du Dieu de justice.



J’ai faim et soif de justice.

Je me sens capable d’être un justicier.



Indéracinable volonté spirituelle et sociale.



Assister à l’irruption terrible du seul juste.


Un joyeux terrorisme de plume.



Robin des Bois de la croix.

Conspuant les riches.

Honorant le Christ pauvre.



Une des plumes les plus insoutenablement drôles de la littérature française.



La souffrance fut son pain et son vin.

Pain de cendres.


Voracité de souffrances spirituelles.

Son but ?

L’imitation de Jésus-Christ.



Homme de douleurs.

Voué par Pilate au fouet, aux coups et à la croix.



Une vie indemne de toute forme de bonheur.



Siècle bourgeois.



Le catholicisme

Atlantide, continent englouti.



Radicalité spirituelle.



Il y a du mystère dans ma vie.



Clochard céleste voué à l’errance et prophète.



Magnétisé par la haute et tutélaire figure de Barbey d’Aurevilly.



Le catholicisme le plus radical.



Sa mère, catholique.

Son père, athée.



Enflammé par Joseph de Maistre.



Prier, c’est se tourner vers Dieu,

Sanctifier le temps et bénir le quotidien.



Attendre, c’est marquer son espérance.



Une crise violente le fait entrer dans le giron de l’Eglise ; il y restera jusqu’à sa mort, en 1917.



Des rapports orageux avec l’Eglise.

Anticlérical.

Caricature cinglante des figures les plus embourgeoisées du clergé diocésain.

Oubli des pauvres.

Mise en cause de la politique vaticane.

De la personne du pape lors de la première guerre mondiale.



Maistre

La guerre est divine.



Dégoût pour le journalisme catholique, tel que je le vois pratiqué.



Le Saint Père et l’Eglise sont la propriété exclusive de MM Veuillot et Cie.



Du talent, il n’en est plus question, c’est une pure affaire de monopole et de boutique.

Je trouve cela absolument immonde.



Evincé comme journaliste.



Il aurait fallu que j’admirasse un peu plus mon chef de file.



Mort de Veuillot.

Bloy écrit :

Il fut toute sa vie de chrétien un tartuffe croyant,

Un chaste impur,

Un justicier capricieux.



LA VIERGE ET LA PUTAIN



Anne-Marie Roulé

Grisette au quartier latin.



Ribaude à matelots.

Polluée dès son enfance.

Putréfiée à dix ans.

Vendue par sa mère à quinze.

Poisson de la luxure.

Tous les comptoirs du stupre.

Grande triperie du libertinage.

Incendies qu’elle allumait dans les reins juvéniles des écoles.



D’abord, simple client.

Puis amoureux fasciné.

Extrême singularité.

Epousailles mystiques.

Elle se fait graduellement visionnaire mystique.



Eperdu dans les bras de sa maîtresse.



La Trappe

Il n’a pas la force de vivre l’exigence monastique.



Puissance de ses liens charnels avec Anne-Marie.



Elle renonce au trottoir.



Il envisage de l’épouser.



Il devient pur pèlerin et crieur public de la foi.



Conversion définitive d’Anne-Marie.



Effervescence mystique et millénariste intense.



Je suis sans pain, sans avenir, sans espérance, avec une effroyable blessure dans le cœur.



J’aurais honte de traiter un chie, comme Dieu me traite.



A son chemisier juif, Charles Hayem

Israël est notre ancêtre à nous autres catholiques et ceux qui ne l’honorent pas sont menacés par l’Ecriture même de ne pas vive longuement.

J’emporte les douze tribus dans mon cœur.



La Salette



Anne-Marie

Fantasque.

Immaîtrisable.



Folie définitive d’ Anne-Marie.



Crises de démence.

Il passe du statut d’élu de Dieu à celui d’assassin potentiel.



Sur Renan

Pleurnichage chronique.



Alexandre Dumas père et fils

La revanche de Cham.



Sainte-Beuve

Cet escargot sans clairvoyance de l’article hebdomadaire.



Vallès

Arracheur de toutes les dents du crocodile social.


Zola, sa bête noire

Triton de la fosse d’aisance naturaliste.



LES LARMES JUIVES SONT LES PLUS LOURDES



Démolition de Bourget et de Barrès

Faiseurs salonnards et séduisant stylistes.



Pour les juifs, aînés de la promesse, odieusement conspués et attaqués.



Le véritable événement ?

Non l’affaire Dreyfus, mais La France juive de Drumont.

1886.



Exploitation mercantile et boutiquière de l’antisémitisme populaire.

Fructueuse exacerbation de la judéophobie française.

Toussenel

1847

Juifs, rois de l’époque.



Soutenue par la gauche révolutionnaire, comme par l’Eglise catholique.



Réponse de Bloy à Drumont :

1892.

Le salut par les Juifs.



Bloy

Drumont opère une dénaturation vulgaire de la question d’Israël.

Et une mercantile opération de communication.

Censés moins penser la réalité historique du judaïsme

Que

Prospérer commercialement sur sa caricature.



Saint Jean

4.22

Le salut vient des Juifs.



Phrase inouïe, phrase inaperçue.



Quel peuple inouï est donc celui-là,

A qui Dieu demande la permission de sauver le genre humain.


Le destin juif, tragique et ensanglanté, se pense en lien direct avec le plan divin.

Les juifs sont les aînés de la promesse,

Peuple réservé mais inséré dans le schéma général de la révélation.



Un catholicisme largement judéophobe.

Tanguant entre la haine et la défiance.


Judéophobie de Bloy



Nathan

Dans le Désespéré.



Graveur Katz

Dans La femme pauvre.



Il répond à Zadoc Kahn scandalisé.



L’antijudaïsme traditionnel condamné par Bloy.

Il a pris pour un vice ethnique ce qui était

Une mission divine accordée à l’histoire du salut.



Dédié à sa filleule juive convertie, Raïssa Maritain.


L’antisémitisme est le soufflet le plus horrible que Notre Seigneur ait reçu dans sa Passion.

Le plus sanglant et le plus impardonnable parce qu’il le reçoit sur la face de sa mère et de la main des chrétiens.



Les banquiers, les spéculateurs ?

C’est la lie du peuple juif.



Bloy meurt le 3 novembre 1917.

Le lendemain de la parution de la Déclaration Balfour.

Le 2 novembre.

Retour à la page d'accueil : ici