O14183
Citations : "Mythologie"



O14183 Citations : "Mythologie"

"Mythologie"

Citations

Site Athéisme

http://atheisme.free.fr/

Internet



Citations : Mythologie



"Pauvres petits que nous sommes, avec le poids de notre corps animal et nos idées trop courtes, allons-nous nous mêler de gouverner ce vaste univers. "Dieu sait bien ce qu'il fait." Les malheurs de l'honnête homme ? Le triomphe du méchant ? L'inégalité ? L'injustice ? La guerre ? Ce sont des désordres d'un instant, qui ne comptent guère en regard des sanctions éternelles. Et pendant que le citoyen est ainsi engourdi et médusé par cette mythologie, les intrigants et les ambitieux dirigent la formidable association, par les bûchers, par l'épée, par la force. Les indulgences se paient. Le "Te Deum" célèbre tous les triomphes de la force. Et le pouvoir spirituel passe en d'autres mains. La religion condamne la religion. Ce n'est pas l'école qui est sans Dieu, c'est l'Eglise qui est sans Dieu."
(Emile Chartier, dit Alain / 1868-1951 / Propos sur la religion, La vraie foi, 11 mars 1913)

"Il faudrait être fou pour risquer sa propre éternité contre un maigre profit; mais on n'en sait rien; il faut même, théologiquement parlant, qu'on ne cesse jamais d'en douter. Il faut que la religion soit comme si elle n'était pas, et Dieu, comme s'il n'était pas. Ne disent-ils pas qu'il faut mériter de croire, c'est-à-dire gagner la récompense sans savoir s'il y a récompense ? Bref, il faut du courage pour aimer ce Dieu qui ne se montre jamais; ce que la mythologie exprime naïvement par les deux puissances balancées du bien et du mal. Et ces difficultés mettent aux désespoirs les préfets de religion, qui prétendent savoir ce qui en est et enseigner ce qui en est. Mais au contraire, ces subtilités mythologiques expriment très bien la pensée de l'homme et les replis de la morale. Le saint est l'homme qui se passe de Dieu."
(Emile Chartier, dit Alain / 1868-1951 / Propos sur la religion, Dieu incertain, 1er août 1932)

"La vie de Jésus est un vêtement d'Arlequin fabriqué de morceaux pris de droite et de gauche dans la mythologie de peuples divers, empruntés à la vie de nombreux réformateurs religieux, à divers dieux."
(Gustave Brocher / Jésus est-il un personnage historique? Mythe ou réalité?)

"Aujourd'hui comme autrefois, expliquer, c'est montrer comment une chose participe d'une ou de plusieurs autres. On a dit que les participations dont les mythologies postulent l'existence violent le principe de contradiction et que, par là, elles s'opposent à celles qu'impliquent les explications scientifiques. Poser qu'un homme est un kangourou, que le Soleil est un oiseau, n'est-ce pas identifier le même et l'autre ? Mais nous ne pensons pas d'une autre manière quand nous disons de la chaleur qu'elle est un mouvement, de la lumière qu'elle est une vibration de l'éther, etc. Toutes les fois que nous unissons par un lien interne des termes hétérogènes, nous identifions forcément des contraires. Sans doute, les termes que nous unissons ainsi ne sont pas ceux que rapproche l'Australien; nous les choisissons d'après d'autres critères et pour d'autres raisons; mais la démarche même par laquelle l'esprit les met en rapports ne diffère pas essentiellement."
(Emile Durkheim / 1858-1917 / Les formes élémentaires de la vie religieuse)

"Depuis si longtemps que le respect "se perd", comment en reste-t-il encore ? En réalité, le respect ne se perd pas, mais il s'affine et se spiritualise ; il passe du corps à l'esprit, des mythologies ecclésiastiques à la personne morale ou, comme dit fortement Léon Brunschvicg, du respecté au respectable et de l'admiré à l'admirable ; il n'est plus l'illusion d'une "puissance trompeuse", mais, comme chez Kant, le respect de la loi. La première phrase du traité des Météores de Descartes est pour abandonner l'idée aristotélicienne d'un monde supralunaire plus vénérable que le nôtre ; et comme la mécanique céleste n'a pu se constituer qu'au prix d'un blasphème, ainsi le respect des cadavres, en s'opposant à la dissection, aurait rendu impossible l'essor de l'anatomie humaine ; la psychologie, de son côté, a eu toutes sortes de préjugés à vaincre pour se constituer comme science. En vérité, ces multiples sacrilèges n'ont eu d'autre effet que d'approfondir le respect, de le rendre plus pur et plus spirituel."
(Vladimir Jankélévitch / 1903-1985 / L'ironie / 1964)

"L'art de raisonner. - Le plus grand progrès qu'aient fait les hommes consiste à avoir appris à raisonner juste. Ce n'est pas une chose aussi naturelle que le pense Schopenhauer, quand il dit : "Tous sont aptes à raisonner, peu à juger.", mais on ne l'a apprise que tard et maintenant encore elle n'est pas parvenue à l'empire. Le raisonnement faux est, dans les temps anciens, la règle, et les mythologies de tous les peuples, leur magie et leur superstition, leur culte religieux, leur droit, sont des mines inépuisables de preuves à l'appui de cette proposition."
(Friedrich Nietzsche / 1844-1900 / Humain, trop humain / 1878-1879)

"La "loi de la nature", une superstition. - Si vous parlez avec tant d'enthousiasme de la conformité aux lois qui existe dans la nature, il faut que vous admettiez soit que, par une obéissance librement consentie et soumise à elle-même, les choses naturelles suivent leur loi - en quel cas vous admirez donc la moralité de la nature - ; soit que vous évoquiez l'idée d'un mécanicien créateur qui a fabriqué la pendule la plus ingénieuse en y plaçant, en guise d'ornements, les êtres vivants. - La nécessité dans la nature devient plus humaine par l'expression "conformité aux lois", c'est le dernier refuge de la rêverie mythologique."
(Friedrich Nietzsche / 1844-1900 / Humain, trop humain / 1878-1879)

"... autrui est, de toute façon, un épiphénomène d'une égoïste relation à Dieu : il faut aimer son prochain pour plaire à Dieu, puis, promesse non négligeable pour ceux qui sacrifient à cette mythologie, pour un salut de notre âme, notre petite âme privée."
(Michel Onfray / né en 1959 / La Sculpture de soi / 1991)

"Or Dieu relève du bestiaire mythologique, comme des milliers d'autres créatures répertoriées dans des dictionnaires aux innombrables entrées, entre Déméter et Dionysos."
(Michel Onfray / né en 1959 / Traité d'athéologie / 2005)

"[La Bible est] une masse de fables et de traditions, une simple mythologie."
(Mark Twain / 1835-1910 / Mark Twain et la Bible)

Retour à la page d'accueil : ici