O14165
François Rivière : "Le divin Chesterton"



O14165 Francois Riviere : "Le divin Chesterton"

"Le divin Chesterton"


François Rivière

Payot

2015



BIOGRAPHIE



Mr and Mrs Chesterton



Hérétiques



Le père Brown mène l’enquête



La mort de Cecil



Un pèlerin en Terre sainte



Pour lui, l’Orient a quelque chose de frelaté.

Pour lui, la ville sainte est un lieu de superstition.

Il excuse les chrétiens d’avoir subi si longtemps le joug des Turcs.

Les Turcs, défaits par le glorieux général Allenby.

La Palestine se présente pour lui comme un pays stratifié.

Son malheur est d’avoir des divisions politiques et théologiques, aussi bien que géologiques.

Le Juif n’est pas à côté du Cananéen, mais au-dessus de lui.

Le musulman n’est pas à côté du chrétien, mais au-dessus de lui.

Ce n’est pas une maison divisée contre elle-même, mais à travers elle-même.

En compagnie d’un leader du mouvement sioniste, il visite deux des plus importantes colonies juives.

Il boit le vin récolté dans cette Judée dont il a rêvé en lisant la Bible avant de venir à Jérusalem.

Il écrit.

Il plaide en faveur d’une dispersion des Juifs à travers différents lieux de Palestine.

Et même du reste du monde.

Estimant absurde l’idée d’un regroupement d’un si vaste peuple en un lieu aussi petit.

Il refuse de voir les Juifs prendre possession du Saint Sépulcre récemment libéré par l’armée anglaise.

Il a l’obsession de la corruption politique.

Y associant, comme au temps de l’affaire Marconi, l’affairisme juif.

Il écrit une phrase typique, mais paradoxale :

La pire des réelles difficultés du sionisme est qu’il doive trouver sa place à Sion.

Vision d’une Eglise d’Orient exubérante et indigne à la foi de Marie et de son fils.

D’où cette amorce de conversion.



Plans américains



Conversion



Le héraut du distributisme



Le propagandiste

Retour à la page d'accueil : ici