O14164
Georges Minois : "Histoire du rire et de la dérision"



O14164 Georges Minois : "Histoire du rire et de la derision"

"Histoire du rire et de la dérision"

Georges Minois

Fayard

2000



Rire inextinguible des dieux.



Pierre Sauzeau

Dionysos déroute la recherche positiviste parce qu’il instaure en système une autre façon de penser.



Rire agressif d’Aristophane.



Jean Duvignaud

Le délabrement des mythes engendre la joie.

Parce qu’il crée des fissures dans le carcan des credo.



Ben Sira

Le sot, quand il rit, le fait en élevant la voix.

L’homme avisé sourit à peine et discrètement.



Le carnaval, chrétien ou païen ?



Théâtre de masques.

Permettant de dire l’interdit, et de le transgresser.



Le charivari, rire d’autodéfense du groupe.



La fête des fous, l’autodérision cléricale.


La fête de l’âne, le rire au service du faible.



Humour sacré et humour profane.



Le rire et la peur au bas Moyen âge

Le retour du diable.



L’éclat de rire assourdissant de la Renaissance

Le monde rabelaisien et ses ambiguïtés



La grande offensive politico-religieuse du sérieux : 16 ème – 17 ème siècle



Le rire amer du burlesque

L’âge de la dévalorisation comique

Première moitié du 17 ème siècle


Du rire poli au ricanement

Le pouvoir acide de l’esprit

17 ème – 18 ème siècle



19 ème siècle

L’ère de la dérision universelle



Diversification de la satire politique

Retour à la page d'accueil : ici