O14162
Maxime Leroy : "La vie véritable du comte Henri de Saint-Simon"



O14162 Maxime Leroy : "La vie veritable du comte Henri de Saint-Simon"

"La vie véritable du comte Henri de Saint-Simon"

Maxime Leroy

Bernard Grasset

1925



1760-1825.



Enterré au Père Lachaise.



Ses disciples enthousiastes,

Enfantin, le Dr Bailly, Léon Halévy.



Premiers traits d’une hagiographie.



Hissé à une gloire de prophète.

Presque de dieu.



Dépouillé de son humanité.



Ignoré dans la diversité de sa vie véritable.



Extraordinairement actif ?

Un fantôme.



Gloire et obscurité.



Enfantin a soigneusement préparé les éléments de sa propre biographie.



Sa doctrine leur a paru importante

Ils ont oublié l’inventeur.



Quelques anecdotes.



Soldat.

Marchand de biens.

Tisseur.

Voiturier-transporteur.

Sous-bibliothécaire à l’Arsenal.

Débitant de vins.

Commis au Mont de Piété.

Agitateur politique.

Philosophe social.

Le plus génial des philosophes sociaux du 19 ème siècle.



Grand seigneur.

Sans culotte.



Richesse fabuleuse.

Il a été un des rois du monde.

Il est mort presque dans la misère.



Voyageur.



Il se dit le successeur de Descartes.



AVANT LA REVOLUTION



Le long de la Somme.



AUTOUR DE LUI



Des gentilshommes picards.



ANNEES DE JEUNESSE



Il a eu d’Alembert pour précepteur.



SOLDAT DE WASINGTON



APPRENTISSAGE DES AFFAIRES



PENDANT LA REVOLUTION



Le sans-culotte Claude-Henri Bonhomme



MARCHAND DE BIENS



LES TERRORISTES CONTRE SAINT-SIMON



L’EMPIRE



LE SALON DE SAINT-SIMON



Ami : Bichat.



LES ANNEES DE MISERE ET DE PHILOSOPHIE



LA RESTAURATION



Le premier disciple : Augustin Thierry.



ASPECTS DE SAINT-SIMON



Elégance

Intelligence

Beauté



Même ses ennemis :

Figure noble, mâle et resplendissante.



Le deuxième disciple : Auguste Comte.



LA PARABOLE DE SAINT-SIMON



LES DERNIERS JOURS



Une phrase du Christ :

Tous les hommes doivent se conduire les uns à l’égard des autres comme des frères.



La religion doit diriger la société vers le grand but de l’amélioration la plus rapide possible du sort de la classe la plus pauvre.



Phrase laïque

Toute la société doit travailler à l’amélioration de l’existence physique et morale de la classe la plus pauvre.

La société doit s’organiser de la manière la plus convenable pour lui faire ce grand but.



Son logis :

Une petite antichambre,

Une cuisine,

Un cabinet pour sa gouvernante.

Retour à la page d'accueil : ici