O14150
Citations : "Absurdité des dogmes religieux"



O14150 Citations : "Absurdite des dogmes religieux"

"Absurdité des dogmes religieux"

Citations



Site Athéisme



Internet



http://atheisme.free.fr/



Absurdité des dogmes religieux



"... il n'y a point d'absurdités si insupportables qui ne trouvent des approbateurs. Quiconque a dessein de piper le monde, est assuré de trouver des personnes qui seront bien aises d'être pipées ; et les plus ridicules sottises rencontrent toujours des esprits auxquels elles sont proportionnées."
(Arnauld et Nicole / La logique ou l'art de penser)

"... il faut une religion pour le peuple. C'est la soupape de sûreté. Il existe enfin une catégorie assez nombreuse d'âmes honnêtes mais faibles qui, trop intelligentes pour prendre les dogmes chrétiens au sérieux, les rejettent en détail, mais n'ont pas le courage, ni la force, ni la résolution nécessaires pour les repousser en gros. Elles abandonnent à votre critique toutes les absurdités particulières de la religion, elles font fi de tous les miracles, mais elles se cramponnent avec désespoir à l'absurdité principale, source de toutes les autres, au miracle qui explique et légitime tous les autres miracles, à l'existence de Dieu."
(Mikhaïl Bakounine / 1814-1876 / Dieu et l'Etat / 1882)

"Ce n'est pas seulement dans l'intérêt des masses, c'est dans celui de la santé de notre propre esprit que nous devons nous efforcer de comprendre la genèse historique, la succession des causes qui ont développé et produit l'idée de Dieu dans la conscience des hommes. Car nous aurons beau nous dire et nous croire athées : tant que nous n'aurons pas compris ces causes, nous nous laisserons toujours plus ou moins dominer par les clameurs de cette conscience universelle dont nous n'aurons pas surpris le secret ; et, vu la faiblesse naturelle de l'individu même le plus fort contre l'influence toute-puissante du milieu social qui l'entoure, nous courrons toujours le risque de retomber tôt ou tard, et d'une manière ou d'une autre, dans l'abîme de l'absurdité religieuse."
(Mikhaïl Bakounine / 1814-1876 / Dieu et l'Etat / 1882)

"Il ne suffit pas, pour nous rendre l'horreur supportable, que l'Église nous propose un Dieu se réduisant à la condition d'homme, acceptant de souffrir de la souffrance des vivants, de mourir de leur mort, d'être comme eux assassiné, et tous les jours à la messe mangé, comme l'agneau et la laitue. La mort de Dieu ne rachète pas celle de l'agneau. Son sacrifice ne fait qu'ajouter à la déraison du système. Le Créateur sadique devient en plus masochiste, et toute sa construction nous apparaît comme un monument d'absurdité."
(René Barjavel / 1911-1985 / La faim du tigre / 1966)

"Y a-t-il un corps, qui, après être tombé en décomposition, puisse revenir à son premier état ? N'ayant rien à répondre, il [les chrétiens] ont recours à la plus absurde des défaites : ils disent qu'à Dieu tout est possible. Mais Dieu ne peut rien faire de honteux ni rien vouloir de contraire à la nature."
(Celtus, dit Celse / IIe siècle ap. JC / Discours véritable)

"Le vrai matérialisme fait de Dieu une impossibilité, de la révélation une vue de l'esprit, et de la vie future une absurdité."
(Charles Darwin / 1809-1882 / juin 1879)

"Je n'admets pas un bonhomme de bon Dieu qui se promène dans son parterre la canne à la main, loge ses amis dans le ventre des baleines, meurt en poussant un cri et ressuscite au bout de trois jours : choses absurdes en elles-mêmes et complètement opposées d'ailleurs à toutes les lois de la physique."
(Gustave Flaubert / 1821-1880 / Madame Bovary / 1857)

"J'en ai bientôt fini avec mes lectures sur le magnétisme, la philosophie et la religion. Quel tas de bêtises ! Ouf ! Et quel aplomb ! Quel toupet ! Ce qui m'indigne ce sont ceux qui ont le bon Dieu dans leur poche et qui vous expliquent l'incompréhensible par l'absurde. Quel orgueil que celui d'un dogme quelconque !"
(Gustave Flaubert / 1821-1880 / lettre à Madame Roger des Genettes / 14 mars 1879)

"Les théologiens et les philosophes, qui font de Dieu l'auteur de la nature et l'architecte de l'univers, nous le font paraître absurde et méchant. Ils le disent bon parce qu'ils le craignent, mais ils sont forcés de convenir qu'il agit d'une façon atroce. Ils lui prêtent une malignité rare, même chez l'homme. Et c'est par là qu'ils le rendent adorable sur terre. Car notre misérable race ne vouerait pas un culte à des dieux justes et bienveillants. [...] Sans le purgatoire et l'enfer, le bon Dieu ne serait qu'un pauvre sire."
(Anatole France / 1844-1924 / Les dieux ont soif, 1912)

"Celui qui est parvenu à accepter sans critique toutes les absurdités que lui offrent les doctrines religieuses, et même à fermer les yeux sur leurs mutuelles contradictions, n'est pas quelqu'un dont la faiblesse de pensée doive nous surprendre outre mesure. Or nous n'avons pas d'autres moyens pour dominer nos pulsions que notre intelligence. Comment peut-on attendre de personnes qui se trouvent sous la domination d'interdits de penser qu'ils accèdent à l'idéal psychologique, au primat de l'intelligence?"
(Sigmund Freud / 1856-1939 / L'avenir d'une illusion)

"Je ne puis me satisfaire du nihilisme absolu de Roger Martin du Gard. Je ne m'en écarte pas, ne le repousse pas, mais prétends passer outre, le traverser. C'est par-delà, que je veux reconstruire. Il me parait monstrueux que l'homme ait besoin de l'idée de Dieu pour se sentir d'aplomb sur terre ; qu'il soit forcé de consentir à des absurdités pour édifier quoi que ce soit de solide ; qu'il se reconnaisse incapable d'exiger de lui-même ce qu'obtenaient artificiellement de lui des convictions religieuses, de sorte qu'il laisse aller tout à néant sitôt qu'on dépeuple son ciel."
(André Gide / 1869-1951 / Journal 1889-1939 / 20 octobre 1927)

"La Foi soulève des montagnes ; oui : des montagnes d'absurdités. Je n'oppose pas à la Foi le doute ; mais l'affirmation : ce qui ne saurait être n'est pas."
(André Gide / 1869-1951 / Journal 1926-1950 / 1947)

"Les hérésies m'ont toujours semblé très curieuses pour l'étude de la psychologie humaine. Cela répond au besoin qu'ont les hommes de limiter la dose d'absurde qu'ils consentent à croire."
(Rémy de Gourmont / 1858-1915 / Épilogues / 1923)

"L'intérêt ferait nier les propositions de géométrie les plus évidentes et croire les contes religieux les plus absurdes."
(Claude Adrien Helvétius / 1715-1771 / Maximes et pensées)

"Les catholiques romains sont une secte très éduquée. De toutes les religions, la plus absurde et vide de sens est celle dont les admirateurs mangent - après les avoir créées - leurs divinités."
(David Hume / 1711-1776)

"Pourquoi l'Église a-t-elle voulu ériger en dogmes les croyances les plus absurdes ?"
(Joris-Karl Huysmans / 1848-1907 / A vau-l'eau)

"Ne confondons pas imaginaire et irrationnel. L'imagination n'est vraiment dangereuse que si la raison lui apparaît comme une contrainte insupportable; alors, toutes les absurdités deviennent possibles. Notamment lorsque l'imagination est appelée pour suppléer notre impuissance, comme dans le cas des actes superstitieux. Ce n'est pas alors l'imagination qu'il faut incriminer mais le refus du recours simultané à la raison."
(Albert Jacquard / 1925-2013 / Petite philosophie à l'usage des non-philosophes / 1997)

"Se défier des connaissances qu'on peut puiser dans les Corps animés, c'est regarder la Nature et la Révélation, comme deux contraires qui se détruisent; et par conséquent, c'est oser soutenir cette absurdité: que Dieu se contredit dans ses divers ouvrages, et nous trompe."
(Julien Offray de La Mettrie / 1709-1751 / L'Homme-Machine)

La foi : une croyance absurde dans l'éventualité de l'improbable."
(Henry Louis Mencken / 1880-1956)

"Il est absurde d'appeler Dieu de justice et de bonté, un être qui fait tomber indistinctement tous les maux sur les bons et les méchants, sur les innocents et les coupables; il est fantasque d'exiger que les malheureux se consolent de leur infortune, dans les bras mêmes de celui qui en est l'auteur."
(Jean Meslier / 1664-1729 / parfois attribué au baron d'Holbach / Le bon sens)

"Pour peu qu'on ait le moindre sens de piété, un Dieu qui nous guérit d'un rhume en temps voulu, ou qui nous dit de monter en calèche juste au moment où crève une grosse averse, devrait nous sembler un Dieu si absurde qu'il faudrait l'abolir, même s'il existait. Un Dieu factotum, facteur, colporteur d'horoscopes - ce n'est au fond qu'un mot pour désigner le plus stupide des hasards."
(Friedrich Nietzsche / 1844-1900 / L'Antéchrist /1888)

"L'église primitive, il y a deux mille ans, a attribué une impureté originelle à l'acte sexuel. Mais le fait qu'une opinion est restée en l'honneur pendant plusieurs siècles ne prouve nullement qu'elle ne soit pas complètement absurde. A la vérité, la bêtise de l'immense majorité des hommes nous incline plutôt à penser qu'une opinion répandue a plus de chances que les autres d'être idiote."
(Bertrand Russell / 1872-1970 / Le mariage et la morale)

"Ne combattez l'opinion de personne; songez que, si l'on voulait dissuader les gens de toutes les absurdités auxquelles ils croient, on n'en aurait pas fini, quand on atteindrait l'âge de Mathusalem."
(Arthur Schopenhauer / 1788-1860 / Aphorismes sur la sagesse dans la vie)

"Tout ce qui est contraire à la Nature est en effet contraire à la Raison ; et ce qui est contraire à la Raison est absurde et doit en conséquence être rejeté."
(Baruch Spinoza / 1632-1677 / Traité théologico-politique)

"Quand certaines Églises ajoutent que Dieu a pris une forme humaine, j'ai expressément averti que je ne sais pas ce qu'elles veulent dire ; et même, à dire vrai, affirmer cela ne me paraît pas moins absurde que de dire que le cercle a pris la forme d'un carré."
(Baruch Spinoza / 1632-1677 / Lettre LXXIII à Oldenburg / 1675)

"Je crois parce que c'est absurde."
(Tertullien / 155-220 / attribuée à Tertullien)

"[...] il faut recourir aux expédients les plus étranges pour diviniser Jésus sans amoindrir Iahvé. De là l'imbroglio de la Trinité où le Fils est aussi vieux que le Père, où un dieu engendre un dieu déjà existant pour le faire mourir, où un troisième dieu est délégué par les premiers pour engendrer le second dans le sain d'une mortelle qui reste quand même vierge ! Des milliers de théologiens ont vainement essayé d'expliquer ces absurdités, pas un n'a vu que l'invention de la Trinité était une concession à l'esprit des nouveaux convertis, tous échappés des religions égyptiennes, grecques, gauloises, où les triades étaient à la base de la croyance."
(Charles Vaudet / Le Procès du Christianisme / 1933)

"Non moins absurde est le dogme de la Transubstantiation. Ce ne fut pas sans longs débats préliminaires que le Concile de Latran (1207) imagina de prendre au pied de la lettre les paroles de Ieschou [Jésus]. Clément d'Alexandrie et Origène n'y voyaient qu'un langage symbolique affirmant la présence spirituelle et mystique de la divinité. Grégoire VII supprima toute figure et toute allégorie en décidant sous la menace de l'anathème contre quiconque se refuserait à y croire, que le communiant mange "effectivement" un corps humain tout entier.
Cette "anthropophagie sacrée" n'est, en somme, qu'une réminiscence des mœurs cannibales de certaines peuplades, qui mangent leurs pères par piété filiale. Tant il est vrai que l'Eglise chrétienne n'a rien qui lui soit propre et qu'elle n'est en tout qu'une réplique d'un passé brutal et sanguinaire."
(Charles Vaudet / Le Procès du Christianisme / 1933)

"Les religions prétendues révélées exigent de leurs sectateurs la foi, c'est-à-dire la soumission absolue aux dogmes qui leurs sont enseignés; elles veulent que l'homme renonce à se servir de sa raison pour examiner ce qu'on lui ordonne de croire, et elles font de cette abdication servile, une vertu dite théologale, même quand il s'agit d'acquiescement à des dogmes absurdes."
(Charles Vaudet / Le Procès du Christianisme / 1933)

"Empruntant à la morale universelle des doctrines vraies, déjà reproduites dans d'autres religions, il [le christianisme] les a rajeunies en y mêlant des fables, des chimères, des absurdités ; mais la raison a démêlé le faux du vrai, et ce faisant, elle a dépouillé le Christianisme de son prestige, de son caractère de religion divinement révélée."
(Charles Vaudet / Le Procès du Christianisme / 1933)

"Il était allé à Lourdes chercher la foi naïve de l’enfant qui s’agenouille et qui prie, la primitive foi des peuples jeunes, courbés sous la terreur de leur ignorance ; et il s’était révolté davantage devant la glorification de l’absurde, la déchéance du sens commun, convaincu que le salut, la paix des hommes et des peuples d’aujourd’hui ne saurait être dans cet abandon puéril de la raison."
(Emile Zola / 1840-1902 / Paris, 1898)



La vie est absurde
"L'absurdité est surtout le divorce de l'homme et du monde."
(Albert Camus / 1913-1960 / L'Etranger)

"Je suis dépourvu de foi et ne puis donc être heureux, car un homme qui risque de craindre que sa vie ne soit une errance absurde vers une mort certaine ne peut être heureux. Je n'ai reçu en héritage ni dieu ni point fixe sur la terre d'où je puisse attirer l'attention d'un dieu : on ne m'a pas non plus légué la fureur bien déguisée du sceptique, les ruses de Sioux du rationaliste ou la candeur ardente de l'athée. Je n'ose donc jeter la pierre ni à celle qui croit en des choses qui ne m'inspirent que le doute, ni à celui qui cultive son doute, comme si celui-ci n'était pas, lui aussi, entouré des ténèbres. Cette pierre m'atteindrait moi-même car je suis bien certain d'une chose : le besoin de consolation que connaît l'être humain est impossible à rassasier."
(Stig Dagerman, romancier suédois / 1924-1954 / Notre besoin de consolation est impossible à rassasier)


Retour à la page d'accueil : ici