O14144
Rilke : "Avisag"



O14144 Rilke : "Avisag"

"Avisag"



Poésie

Rainer Maria Rilke

Seuil

1926



"Avisag"



Elle était étendue. Et ses bras d’enfant avaient été
Liés par les valets autour du corps qui se fanait
Sur celle qui était couchée pendant des heures longues et douces



Elle cachait dans sa barbe son visage



Elle se cramponnait au sombre vieillard
Sans que la nuit des nuits ne l’eût atteinte



Elle gisait sur ce froid princier
Vierge et légère comme une âme



Il sentait que la jeune tige sensuelle
N’arrivait pas à pénétrer ses profondeurs secrètes.

Retour à la page d'accueil : ici