O14078
William H. Prescott : "Aztèques et Incas"



O14078 William H. Prescott : "Aztèques et Incas"

"Aztèques et Incas"

William H. Prescott

Pygmalion

1999



MEXIQUE



Ressemblances frappantes avec les thèmes bibliques.



Un créateur suprême, <"le Dieu qui donne la vie".

Invisible, incorporel.



Quetzalcoatl

Bienfaiteur.
Dieu de l'air.



Cérémonial du baptême chrétien.



Fonction des prêtres : l'éducation.



Sacrifices humains.



Le dieu Tescatlepoca : l'âme du monde.



La guerre : pourvoir aux sacrifices, et conquête.



Les sacrifices humains donnent au peuple, jusqu'aujourd'hui, un caractère mélancolique et grave.



Le sacrifice ouvre la voie du paradis.

Non de la damnation de l'inquisition.



Don Juan de Zumarraga, premier archevêque de Mexico

Fait entasser en une montagne les textes Aztèques, et les fait brûler.



Comme Ximénès à Grenade.

Comme Omar.



L'amour du pouvoir a toujours conduit les prêtres à s'entourer de mystères.



Grand nombre de concubines, mais une seule femme légitime.



Nezahualcoyotl

Roi

Fait tuer à la guerre le mari de la femme qu'il prend.

Penchant naturel pour la démence.

Incognito
Un enfant lui dit : le roi refuse à son peuple ce que Dieu lui a donné.
Il lui donne tout.

Non vie oisive, mais accablé par le fardeau du gouvernement, dit-il.

Il fait des cadeaux

Avec le peu que vous avez, vous voilà riches, tandis qu'avec toutes mes richesses, je suis encore pauvre.



Ne pas négliger le culte du Dieu inconnu.



Croix de pierre.

Emblème du dieu de la pluie.



Cortès emploie la violence, pour déraciner l'idolâtrie.

Comme une croisade.



Ne pas s'inquiéter de l'âme d'un idolâtre, c'est mettre la sienne en péril.



Les Espagnols trouvent que les idoles aztèques ont une ressemblance frappante avec Satan.

On les précipite du haut des escaliers des temples.

A la place, la Vierge et l'enfant.



Grande analogie entre les deux cultes.



Les rois, soldats et prêtres.



Cortès

Les Espagnols souffrent d'une maladie de cœur, dont l'or est le remède spécifique.



Montezuma

Son nom : homme triste et sévère.



Subtile distinction entre leurs images et celles de l'Eglise catholique.



Fray Bartolomé de Las Casas, évêque du Chiapas
Dominicain.



HISTOIRE DES INDES.



On lui dit qu'il exagère.



Controverse avec Sepulveda.



Montezuma désespéré.
S'enferme dans son palais.
Refuse toute nourriture.

A quoi bon résister, puisque les dieux se sont déclarés contre nous ?

Il dit qu'on lui a raconté des fables sur les massacres.
Qu'il n'y croit pas.



Ne boit que du chocolatl.



Il offre une de ses filles en mariage.



Depuis quand a-t-on vu un grand prince comme moi quitter volontairement son propre palais pour se constituer prisonnier entre les mains des étrangers ?



Cortès lui enlève les fers qu'il a aux pieds.



Traité d'une manière grossière.



Je ne désire qu'une seule chose, c'est mourir.



Le peuple

Femme ! Lâche que tu es ! les hommes blancs t'ont rendu femme !



Il refuse les secours et les soins.



Je n'ai que peu d'instants à vivre, et ce n'est point en ce moment que j'abandonnerai la foi de mes pères.



Soucieux du sort de ses enfants.



Tradition du déluge

Un seul couple seulement a survécu.

Un vautour ne revient pas.

Le petit oiseau-mouche revient, avec un peu de verdure dans son bec.



Tour de Babel

Construite pas les géants : jusqu'aux nuages.



Déesse Cioacoatl

Notre Dame et notre mère.
La première déesse qui ait mis au monde un enfant.
Elle a légué aux femmes les douleurs de l'enfantement comme un tribut de la mort.
Par qui le péché est entré dans le monde.



Communautés religieuses : comme les monastères.



La croix, dans les temples de l'Anahuac.



Une fête

On pétrit de la fleur de maïs mêlée de sang.
On mange.

Hostie, eucharistie.



Le nouveau-né, lavé dans les eaux

Seconde naissance.



La croix, symbole de culte, en Syrie, Egypte.



La migration de peuplades de l'Aztlan dans l'Anahuac

Les 10 tribus.

Lieux identifiés aux étapes du désert.



PEROU



L'Inca, les larmes aux yeux, à Pizarre

Qu'avons-nous fait, moi ou mes enfants, pour mériter une telle destinée ?



Exécution de Atahuallpa

Attaché au poteau.

Entouré de fagots.

Bûcher.

Une mort plus douce, par strangulation, s'il se converti.

Il accepte.

Prend le nom de Juan.

En l'honneur de Jean-Baptiste, dont c'est la fête ce jour-la.

Il demande que ses restes soient transportés à Quito, pour être conservés avec ceux de ses ancêtres maternels.

Supplie Pizarre de prendre soin de ses enfants.

Il se soumet tranquillement à son sort.

Pendant que les Espagnols marmottent leur CREDO pour le salut de son âme.

Retour à la page d'accueil : ici