O14073
Jean-Jacques Antier : "Thérèse d’Avila, de la crainte à l’amour"



O14073 Jean-Jacques Antier : "Therese d’Avila, de la crainte a l’amour"

Jean-Jacques Antier : "Thérèse d’Avila, de la crainte à l’amour"

Perrin

2003



Ses hardiesses féminines hérissaient les pères de l'inquisition.



Nous n'en finissons jamais de faire à Dieu le don absolu de nous-même.



Malade.



Déchirée entre le monde et Dieu.



Teresa de Ahumada.



Elle se donne sans réserve à l'amour.



Des visions de lumière.



Visions, extases, des blessures si suaves.



Tourments et angoisses.



Rupture



Construction de monastères.



Construction du monastère San José

Elle en est la prieure.



Mission.



Jean de la Croix.



Mère fondatrice.



Prieure de l'Incarnation.



Heureux le cœur amoureux !



Le Seigneur considère moins la grandeur des œuvres que l'amour avec lequel on les fait.



Je n'ai jamais écrit que ce que j'ai fait.



Je ne peux rien par moi-même, mais je pense tout en Dieu.



L'âme est comme un ânon qui broute.



Là où est l'amour, il n'est jamais oisif.



Tout se fait avec amour. J'ai compris que seul l'amour guérit.



Moins on a d'argent, moins on a de soucis.



Dieu, je suis audacieuse, de l'audace que Dieu donne à une fourmi.



Je n'ai jamais été bonne à rien.



Plus les difficultés sont grandes, plus je me sens fortifiée.



Je suis non seulement pauvre en esprit, mais folle en esprit.



La vraie grandeur, c'est de ne rien posséder.



L'honneur est le patrimoine de l'âme.



Le fait d'avoir aimé les bons livres m'a donné la vie.



L'abeille qui s'attarde à son miel empêche son propre vol.



Loué soit le Seigneur qui m'a délivrée de moi-même !



La patience obtient tout.



On ne parle pas de Dieu à quelqu'un qui a les pieds froids.



Je donnerais ma vie pour comprendre une seule vérité.



Vous ne sortirez pas d'ici avant d'avoir mangé ces deux œufs que j'ai fait cuire moi-même.

Retour à la page d'accueil : ici