O14065
Normand Baillargeon : "Petit cours d’autodéfense intellectuelle"



O14065 Normand Baillargeon : "Petit cours d’autodefense intellectuelle"

"Petit cours d’autodéfense intellectuelle"

Normand Baillargeon

Lux Editeur

Québec

2006



Le cerveau



Poincaré

Douter de tout ou tout croire sont deux solutions également commodes qui, l’une comme l’autre, dispensent de réfléchir.



Goya

Le sommeil de la raison engendre des monstres.



Noam Chomsky

D’abord, prendre soin de notre cerveau.

S’extraire de tout système d’endoctrinement.

Apprendre à se défendre.

Si nous avions un vrai système d’éducation, on y donnerait des cours d’autodéfense intellectuelle.



Confucius

Lorsque les mots perdent leur sens, les gens perdent leur liberté.



Esope

La langue, la pire des choses qui soit au monde.



Source des divisions et des guerres.



George Orwell

Dans une large mesure, le discours et l’écriture politiques consistent à défendre l’indéfendable.



Gorgias

Le discours est un tyran très puissant.



Des vertus de l’imprécision.



Vous acceptez sans difficulté les miracles de la science : pourquoi devenez-vous soudainement si critique quand il s’agit de ceux de la Bible ?



Pierre Desproges

Quand un philosophe me répond, je ne comprends plus ma question !



Euclide, au fils de Ptolémée, qui trouve ses leçons difficiles

Sire, il n’y a pas de voie royale.



Einstein

Ne vous inquiétez pas trop de vos problèmes en mathématiques :

Je puis vous assurer que les miens sont bien pires.



Alexandre Dumas Fils

Toutes les généralisations sont dangereuses, y compris celle-ci.



Aristote

Il est probable que des choses improbables se produiront.



Disraeli

Il y a trois sortes de mensonges.

Les mensonges ordinaires.

Les sacrés mensonges.

Et puis les statistiques.



Mark Twain

Etablissez d’abord soigneusement les faits.

Après quoi, vous pourrez les déformer comme bon vous semble.



James E. Allock

Le vrai penseur critique admet ce que peu de gens sont disposés à reconnaître :

Nous ne devons pas nous fier de manière routinière à nos perceptions et à notre mémoire.



Fontenelle

La mémoire est l’ennemie presque inconciliable du jugement.



CONCLUSION



Carl Sagan

Ce qui est requis c’est un délicat équilibre entre deux tendances :

Celle qui nous pousse à scruter de manière inlassable toutes les hypothèses.

Et

Celle qui nous invite à garder une grande ouverture aux idées nouvelles.

Si vous n’êtes que sceptique, aucune idée nouvelle ne parvient jusqu’à vous.

Vous n’apprenez jamais quoi que ce soit de nouveau.

Vous devenez une détestable personne convaincue que la sottise règne sur le monde.

Dun autre côté…

Vous êtes ouvert jusqu’à la crédulité.

Et n’avez pas même une once de scepticisme.

Alors, vous n’êtes même plus capable de distinguer entre les idées utiles et celles qui n’ont aucun intérêt.

Si toutes les idées ont la même validité, vous êtes perdu. Car alors, aucune idée n’a plus de valeur.

Retour à la page d'accueil : ici