O14054
Toussaint Cabuchet : "Aurélien et Zénobie"



O14054 Toussaint Cabuchet : "Aurelien et Zenobie"

"Aurélien et Zénobie"

Histoire des premiers temps de l’Eglise et de l’empire

Toussaint Cabuchet

Albanel

1842



AURELIEN



Aurélien succède à Claude II, lui-même successeur de Gallien, empereur romain

A son époque, il y avait eu Plotin, Porphyre et Longin, qui s’efforçaient d’ébranler la foi chrétienne des fidèles qu’ils avaient d’abord appuyés.

Le néoplatonisme se déclarait ouvertement ennemi de l’Eglise.

L’armée romaine avait été décimée par la peste, qui avait fait mourir Claude au milieu de ses succès.



Elle proclame Aurélien empereur à sa place.



Aurélien, de basse extraction, était parvenu par sa valeur aux grades les plus élevés.



Il recommença tout de suite la guerre contre les Barbares.

Après avoir défait les Scythes, les Marcomans et les Goths.



Ensuite, il revint à Rome.

La fit entourer de murailles.



De là, il se rendit à Antioche pour livrer bataille à l’impératrice Zénobie.

Cette veuve d’Odenat avait obtenu de grands succès contre les Perses.

Elle avait consolidé son pouvoir.

Alors que les Romains étaient occupés de tous côtés, avec leurs discordes intérieures, les Barbares.

Ils n »avaient pas pu s’opposer à son usurpation.

Reine de Palmyre, juive.



Zénobie attendit fièrement Aurélien à la tête d’une armée de 70 000 hommes, décidée à vaincre, ou à périr.



Elle fut vaincue.

Se retira avec peine à Palmyre, sa capitale, ville des plus opulentes.

Fondée, selon l’Ecriture sainte, par le roi Salomon.



Elle soutint là un siège long et opiniâtre, pendant lequel Aurélien fut blessé.

Quand elle se vit dans l’impossibilité de se défendre plus longtemps, ne voulant rien devoir à la clémence du vainqueur, espérant lui échapper à la vitesse de ses dromadaires, elle s’enfuit.

Mais ce fut en vain.

Aurélien, irrité, la fit saisir.

Il la réserva pour servir d’ornement à son triomphe.

Palmyre s’étant insurgée contre son pouvoir, il la fit raser complètement.

Il massacra tous les habitants.



A Rome, le triomphe d’Aurélien

Zénobie, couverte de pierreries, encore jeune dans tout l’éclat de sa beauté.

Elle était chargée de chaînes d’or soutenues par des esclaves qui l’aidaient à marcher.



Après elle, son fils, revêtu d’habits impériaux, tête baissée au milieu d’un grand nombre de prisonniers de toutes nations, qui avaient les mains liées derrière le dos.



800 couples de gladiateurs les suivaient.



Ensuite, le peuple, les soldats couronnés de lauriers, et le sénat qui fermait la marche.



Aurélien donna à Zénobie les moyens de vivre à Rome en citoyenne romaine avec ses enfants.



Aurélien périt après cinq ans d’un règne des plus glorieux, victime des machinations d’un nommé Mnesthée, qu’il avait menacé de sa colère.



L’Empire resta vacant pendant sept mois.



Enfin, Claude Tacite accepta l’Empire.

Il était parent du fameux historien.

Il commença son règne en révoquant les édits de persécution contre les chrétiens.



GRAND LAROUSSE UNIVERSEL



Note sur l’empereur Aurélien

Lucius Domitius Aurelianus

Vers 215-275



Il passe par tous les grades de l’armée, et acquiert un renom de bravoure et de sévérité.

Sous Claude II, il commande en chef la cavalerie, et participe activement, en 269, à la campagne des Balkans contre les Goths.

A l’annonce de la mort de l’empereur, il accourt à Sirmium, où l’armée romaine le proclame.



L’Empire romain semble alors en voie de désagrégation.

L’Orient (royaume de Palmyre) et l’Occident (Empire des Gaules) deviennent progressivement indépendants.



Aurélien se consacre à la réunification.

Il ne cesse de lutter contre les Barbares.

Il bat les Alamans, les Goths, les Vandales, les Sarmates sur le Danube.

Il se tourne contre Zénobie, la détrône, et il anéantit définitivement cette cité qui s’était révoltée.

Il soumet Tétricus, maître de l’Empire des Gaules.

Il repousse les Germains vers le Danube.

Il renonce à conserver la Dacie.



Aurélien est un réformateur hardi.

Il réprime les menées du Sénat.

Il prend un soin particulier de Rome.

Il dote la capitale d’une enceinte fortifiée qui porte son nom.

Il modifie profondément l’organisation administrative de l’Italie.

Il consacre son administration aux provinces.

Il renforce l’absolutisme impérial.

Il assainit la situation financière.

Il esquisse une réforme monétaire.



Aurélien est le restaurateur de l’unité romaine.

Il se place sous le patronage du soleil, "Sol invictus", le soleil invaincu.

Il destine son culte du soleil à dominer et concilier tous les cultes païens.

Dans la pensée d’Aurélien l’empereur occupe sur la terre le même rang que le Soleil aux cieux, et il participe à sa nature.

Ceci ne pouvait être accepté par tous.



A la fin de l’été 275, il s’apprêtait à partir en guerre contre les Perses quand, entre Périnthe et Byzance, il est assassiné à la suite des menées d’un de ses secrétaires, accusé de prévarication.

Toutefois, il a eu le temps de redresser l’Empire et d’esquisser les réformes nécessaires, qui furent complétées par Dioclétien.

Retour à la page d'accueil : ici