O14053
Saint Augustin : "Les aveux"



O14053 Saint Augustin : "Les aveux"

"Les aveux"

Saint Augustin

P. O. L.

2008



FREDERIC BOYER

PREFACE



Il répond au manichéen Faustus, qui accuse les chrétiens de n’être qu’une secte païenne.



On ne sait rien du manichéisme, sauf la violente caricature qu’en a fait Augustin.



Confessions

Discours direct, brutalité, citations.



"L’humanité, cette insolente pourriture."



Invention de soi-même.

Aveu.



Il écrit sa vie comme une révolution.



"Chaque goutte de temps vaut si cher pour moi !"



"J’ai aimé aimer et être aimer."

Il s’est aimé de ne pas s’aimer.



Le deuil plane sur cette œuvre :



Deuil de la petite enfance, de la mère, des innombrables passions humaines...



Wittgenstein

Souvent un contraste total entre ce qu’on peut réussir à DIRE de soi et ce qu’on est capable de MONTRER dans et de sa vie.



Révolution du christianisme :

Diviniser la médiation entre Dieu, la vérité, l’humanité.

La vérité est parole (logos), et cette parole est personne.



"Je te cherchais hors de moi et je ne te trouvais pas."



"La vie humaine est une provocation."



Pseudo-Quintilien

"Les gens qui pratiquent l’aveu, la confession de leurs fautes, agissent comme des fous."



Violence inouïe de ces textes.

"Cette pute d’âme humaine a été arrachée, transformée, retournée."



Céline

"Tous les royaumes finissent dans un rêve."



Se racheter.



Walter Benjamin

Seule l’humanité rachetée a droit à la totalité de son passé.



Luc 17.20-21

Le royaume de Dieu est déjà là au milieu de vous.



"Ma langue obscure avoue ton immensité."



Dans ce monde antique où la tradition est la valeur suprême, le christianisme a longtemps attiré les sarcasmes.



La langue chrétienne n’existe pas en tant qu’idiome

Les chrétiens empruntent et fabriquent une langue entre l’hébreu, le grec et le latin.



"Tu es mon Seigneur, tu n’as pas besoin de ce que j’ai."



"Ce qui est bon pourrit."



"Adéodat, né de ma chair et de ma faute."



"Nous étions à Ostie, à l’embouchure du Tibre."

"Ma mère est morte."

Retour à la page d'accueil : ici