O14052
Saint Augustin : "La Cité de Dieu"



O14052 Saint Augustin : "La Cite de Dieu"

"La Cité de Dieu"

Saint Augustin

Lucien Jerphagnon

Gallimard

2000



410

Sac de Rome par Alaric.

Personne ne voulait y croire.
Lamentations.

Alaric, arien.
Chef wisigoth.



Les Vandales descendent à travers la Gaule, l'Espagne et l'Afrique.



Momifiée dans sa gloire séculaire, Rome n'avait rien perdu de son prestige.



Jérôme

Horreur ! l'univers s'écroule !

Une rumeur terrifiante nous vient d'Occident !
Ma voix s'étrangle, mes sanglots étouffent mes paroles.



S'est évanoui le fantasme séculaire de Rome, capitale éternelle du monde, ROMA AETERNA.



VERA PHILOSOPHIA,
VERA RELIGIO.



Dualisme

Séquelle de sa longue saison dans le manichéisme.

C'est le pôle divin qui doit orienter la penser des hommes.
Non les vicissitudes d'un monde qui par nature est éphémère.



A propos de Rome

Tout cela n'a été construit que pour s'écrouler un jour.



Opposition qui lui reste des années manichéennes

Charnel et spirituel

Nocturne et lumineux

Pur et impur

Ephémère et éternel

Refus et don



Ce qui distingue les deux cités, c'est la polarisation de leurs ressortissants respectifs

Fixation orgueilleuse sur la promotion de soi pour les uns,

Pour les autres humble attachement à la plus grande gloire de Dieu.



Il écrit la Cité de Dieu pour Marcellinus

Met 13 ans pour l'écrire.

Mais Marcellinus est injustement mise en cause dans une affaire de corruption.
Il est condamné et mis à mort en 413.

En dépit des interventions d'Augustin et d'autres prélats pour l'arracher à son destin.

Retour à la page d'accueil : ici