O14012
Saint-Amant : "Les 100 plus belles pages de Saint-Amant"



O14012 Saint-Amant : "Les 100 plus belles pages de Saint-Amant"

"Les 100 plus belles pages de Saint-Amant"

Saint-Amant

Pierre Belfond

1983



Toujours de bonne humeur.

Prêt à rire.



C’est avec un melon que Phébus fabriqua la première lyre.



Il révère Théophile de Viau.

Brûlé en effigie pour blasphème.



Quel dieu invoque-t-il ?



Cinquante années de liberté sous la tête.



Boileau le déteste.



Langue des bouges et des bordels.



Cristal que l’art humain
A fait pour couronner la main.



Mer rouge

Chaque goutte est un rubis.



Ruisseau qui cours après toi-même
Et qui te fuis toi-même aussi



Poètes qui nous enchantez
Par les doux airs que vous chantez

Quand l’amour en fait les paroles
Qui ne vivez que de plaisirs

Et n’adorez que les idoles
De vos agréables plaisirs



Pour faire parler de moi
Je parlerai de Théophile



Beaux vers, les démons de ma joie
Qui par une secrète voie
Emportez mon âme en des lieux
Où vont les plus hautes pensées



Ne soyons plus en souci

Je dirai ce qu’on ne peut dire
Et que l’on ne doit pas celer.



Que j’aime la solitude !



Philomèle au chant langoureux
Entretient bien ma rêverie



Quelque naïade superbe
Règne en son lit natal
Dessus un trône de cristal



Hâte tes pas, déesse, exauce-moi,
J’aime une brune comme toi.



L’homme

La femme l’oeilladant

S’apprête à recevoir

Les fruits du nuptial devoir.



Mon bien était incomparable
Ainsi que ma dame et ma foi

J’étais amant, j’étais aimé



La lune parlante

Etalant à nu les charmes de son corps

Retour à la page d'accueil : ici