O13977
Colloque international Avignon juillet 1988 : "Marie-Madeleine dans la mystique, les arts et les lettres"



O13977 Colloque international Avignon juillet 1988 : "Marie-Madeleine dans la mystique, les arts et les lettres"

"Marie-Madeleine dans la mystique, les arts et les lettres"

Colloque international Avignon juillet 1988

Beauchesne

1989



Marie de Béthanie

Et

Marie-Madeleine



Culte de sainte Marie-Madeleine en Occident



Paulette Duval

Parallélisme entre un archétype féminin dans l’alchimie grecque et arabe

Et la figure de Marie-Madeleine



Elle baigne les pieds de Jésus de ses larmes.



A cette femme il sera beaucoup pardonné, car elle a beaucoup aimé.



Moyen Age



La bienheureuse amante du Christ.



Alain de Lille

La veuve tourterelle,

Celle qui pleure son ami perdu.

Cantique des cantiques.



Non une pécheresse.



L’interlocutrice privilégiée du Maître.



La rosée, c’est-à-dire le mercure extrait de l’arsenic.



Terre neuve privée de son époux.



Marie-Madeleine, l’amante

Se mêle à la tradition universelle,

Orientale et sémitique,

De la déesse de l’amour,

Servie par des prostituées sacrées,

Et qui porte des épis de blé.



Dialectique de la Vierge et de Vénus.



Signe zodiacal de la Vierge :

Une jeune fille qui porte des épis de blé.



A 180 degrés, le signe des Poissons

Dont la maîtresse astrologique est Vénus.



Le vase de Marie :

Homologue aux épis de blé de Vénus.



Le parfum au fond du vase

C’est, dans le Cantique des cantiques,

Le parfum de l’époux.

L’odeur de Dieu.



Basilide

La création est semblable à un vase qui a contenu un parfum d’un grand prix.

Quand Dieu s’est retiré de la création, il n’en est resté que l’odeur.



Syrie

Odes de Salomon

Mes narines se sont réjouies de la bonne odeur de Dieu.



Rosée

Lumière de la lampe des Maries

Ordre terrestre et céleste.



Marie garde la flamme de la Lumière, venue en ce monde.



Le parfum n’est pas celui de la femme, mais celui de Dieu.

Mais c’est elle qui le porte.

Ses cheveux en sont tout imprégnés.



Elle est le Témoin du royaume de Dieu, réalisé sur cette terre, présent, et que personne ne voit.



Hymne des Actes apocryphe de Jean

Priscilliens d’Espagne

Je suis une lampe pour toi qui me vois.



Parallélisme de la Vénus porteuse de coupe et parfum de l’alchimie

Une même intuition mystique :

C’est le principe féminin qui est la source de toute énergie créatrice :

Dieu est femme.



Le parfum, ou la rosée, ou la lampe à l’huile,

Représente le pouvoir divin de création dans les mains de la compagne du Dieu.

Sans elle, Dieu est mort.

Pas de résurrection.

Et le message divin reste inconnu.

Il en est de même, si le croyant n’atteint pas à la Marie-Madeleine de son être.



Evangile de Marc

Primauté du féminin.

C’est dans la terre que réside le pouvoir germinatif.

Et non, comme on pourrait s’y attendre, dans la graine.

Marc

Le royaume de Dieu est comme quelqu’un qui aurait jeté en terre une semence.

Qu’il dorme, ou qu’il se lève, il ne sait comment,

La nuit,

Le jour,

La semence germe et pousse.

C’est la terre toute seule qui produit d’abord la tige,

Ensuite l’épi,

Ensuite le froment.



Evangile de Thomas



C’est la terre qui produit le fruit, et non la semence.



Elle donne cent mesures pour une.



La parole de Dieu ne fructifie pas ;



Elle est inopérante dans le pouvoir créateur de la femme qui la perçoit.

Retour à la page d'accueil : ici