O13952
Thierry Pielat : "Les Hopis sur le sentier de la paix"



O13952 Thierry Pielat : "Les Hopis sur le sentier de la paix"

"Les Hopis sur le sentier de la paix"

Thierry Pielat

Editions du Rocher

1996



Un cercle sacré.



Pays désertique.



Cultures

Maïs

Haricot

Courge



Eléments primordiaux :

Terre-Mère

Pluie



Caractère global de la nature.



Riche cérémonial.



Divinités

Les kachinas.

Elles décident de tout.



A l’origine, il n’y avait que Taiowa, le Créateur.

Tout le reste n’était qu’espaces infinis.

Il n’existait ni commencement, ni fin.

Ni temps, ni forme.

Ni vie.

Seulement un vide incommensurable.

Il se trouvait dans l’esprit de Taiowa.

Puis, lui, l’infini, conçut le fini.



Taiowa n’est pas le Père.

Mais un oncle, dont la première créature fut un neveu, Sotuknang.

Il assigna pour tâche à celui-ci de manifester le fini à partir de l’infini.

De transformer la vision en réalité.

Sotuknang créa neuf univers.

Un pour Taiowa.

Un pour lui-même ?

Et sept autres pour la vie qui allait naître.

Chacun de ces univers est composé moitié de matière solide, moitié d’eau.

Et entouré de souffles en mouvements légers et ordonnés.

Trois éléments : terre, eau et air.

Taiowa ordonna à Sotuknang d’en ajouter un quatrième : La vie et son mouvement.



Femme Araignée et création de vie

Sotuknang se rendit dans le premier univers, Topkela.

Il créa une femme pour l’aider.

Son nom est Kokyangwuti, femme araignée.

La terre est ronde.

Elle tourne sur l’axe de ses pôles.

Son mouvement est entretenu par deux jumeaux engendrés par femme araignée.

Chacun reçut une tâche distincte.

Avant de prendre son poste à l’un des deux pôles.

Un parcourt la terre pour transformer la matière solide en montagnes et en champs

L’autre est chargé d’emplir le monde de son.

L’œuvre du second jumeau

Grande poésie.

Stupéfiante expression allégorique d’une antique connaissance des forces électromagnétiques.

Tous les centres vibratoires répartis le long de l’axe qui relie les pôles firent résonner son appel.

La terre entière trembla.

L’univers frémit.

Il fit ainsi de l’ensemble du monde un instrument sonore.

Et du son le véhicule des messages, chantant la louange du créateur de tout.



Création de l’humanité

La dernière forme à avoir été créée sur terre.

Femme Araignée conçut les premiers hommes dans les quatre races :

Noire, rouge, blanche et jaune.



Sagesse primordiale

La terre ne doit pas être dominée et conquise.

Elle est comme leur mère.

Le maïs qui les nourrissait devenait leur chair.

Le soleil, dispensateur de la vie est le visage de Taiowa le Créateur.

Il est leur père.



La terre et le soleil sont leurs véritables parents.

Parents humains, intermédiaires par lesquels s’exprime la puissance des vrais parents.



Premier monde de Tokpela

Vie en harmonie avec la nature et toutes les créatures.

En bonne entente avec les autres peuples.

Compréhension mutuelle.

Des préceptes complexes pour accueillir chaque enfant dans le monde.

A l’âge de comprendre, huit ans.

Education spirituelle.

Outre ton appartenance à ta famille et à ton clan, tu es un enfant de l’univers.

Citoyenneté universelle, au fur et à mesure de la maturité.

Nature spirituelle de l’homme.

Des désordres.



Deuxième monde

Fourmis.



Troisième monde

Les hommes se multiplient.

Villes.

Pays.

Civilisation.

Il devient difficile de chanter les louanges de Taiowa et de Sotuknang.

Leur propres plans, matérialistes.

Boucliers volants : Attaquer des terres lointaines.



Quatrième monde

Tuwaqachi.

Monde achevé.

Retour à la page d'accueil : ici