O13861
Muhammad Saïd al Ashmawy : L’islamisme contre l’islam



O13861 Muhammad Said al Ashmawy : L’islamisme contre l’islam

L’islamisme contre l’islam

Muhammad Saïd al Ashmawy

La Découverte

1989



RICHARD JACQUEMOND

PREFACE



Dieu voulait que l’islam fut une religion, mais les hommes ont voulu en faire une politique.



Les musulmans n’ont jamais su instaurer une division claire entre transcendance et histoire, entre éthique et pratique.



D’où le bonheur des autorités politique musulmanes, des califes omeyyades aux derniers ottomans.

Ensuite, les extrémistes contemporains.



Cette histoire est dominée par des conflits politiques de caractère tribal, dissimulés sous le manteau de la religion.



Une erreur de 14 siècles

Pas de théorie politique, ni de véritable droit public.



Le discours islamiste ?

Une opposition politique qui s’ignore comme telle.

Elle fourvoie et se fourvoie.



L’ordre des ulémas orthodoxes ?

L’opium du peuple.



L’islamisme est un avatar de la sacralisation des enjeux temporels qu’a constamment pratiqué l’islam.



Sharia :

Une voie.

Le droit des hommes :

Fiqh.



Sharia ?

Un idéal moral.



Fiqh ?

Constructions juridiques des hommes pour organiser leur vie en société.



Il renoue avec Ali Abd al Raziq et Mohamad Abdouh.



L’ISLAMISME CONTRE L’ISLAM



La religion est générale, universelle, totalisante.

La politique est partielle, tribale, limitée dans l’espace et dans le temps.



La souveraineté de Dieu

De la tyrannie au fanatisme.

Le tyran s’institue mandataire de Dieu, et titulaire du monopole de l’exégèse religieuse.

Une pensée fossilisée.

Dieu seul est souverain.



Islam et judaïsme

6000 versets.

700 comprennent des prescriptions légales.



Usurpation de la dignité du Prophète



La notion d’infidélité (kufr)



Point de clergé dans l’islam



Eloge de la différence



Extrémisme

Fuite de soi.



Le gouvernement islamique

Théocratie.



Le jihad

Dans son sens premier, effort dirigé dans un sens déterminé.

Du jihad à la guerre sainte.



Le jihad



Ethique individuelle, et non une guerre contre les non-musulmans.



Instrument de justice et de clémence.



Non une arme de violence et de guerre.



Le fondamentalisme islamique

L’islam, religion du juste milieu.

L’islam, religion de progrès.



Le panislamisme



La codification de la sharia

Retour à la page d'accueil : ici