O13824
Théophile Charpiot : "Arius et l'arianisme, jusqu'au concile de Nicée"



O13824 Théophile Charpiot : "Arius et l'arianisme, jusqu'au concile de Nicée"

"Arius et l'arianisme, jusqu'au concile de Nicée"

Théophile Charpiot

Taponnier et Studer Genève

1883



Thèse

Faculté de Montauban

Bachelier en théologie



Il se met en relation avec Eusèbe de Nicomédie.



Querelle entre un évêque et son presbytre.



Opposer au polythéisme le Dieu unique de la Bible.

D'autres, en séparant les personnes de la Trinité, tombaient dans l'extrême opposé.



On cherchait trop à concilier le christianisme avec la philosophie grecque.



L'arianisme paraissait à la fois satisfaire la conscience chrétienne et la spéculation.



Dès son arrivée à Alexandrie, Arius donne dans le schisme des Mélétiens.



Philon

Doctrine des intermédiaires.

Basée sur la transcendance divine absolue.



Arianisme

Le Logos, intermédiaire entre le Créateur et la créature, devient pour Arius le Fils, créé de toute éternité par le Père, devenant créateur du monde.



Arius étudie à Antioche, dans l'école fondée par Lucien, un des disciples de Paul de Samosate.



Esprit remuant, avide de jouer un rôle, affectant de renoncer à ses idées les plus chères lorsqu'il lui semblait profitable de le faire dans l'intérêt de sa cause.



De la nomination d'Alexandre à la convocation du concile de Nicée

Lettre d'Alexandre aux évêques, pour les prémunir contre Arius.

Arius se réfugie en Nicomédie.

Eusèbe tende de le réconcilier avec Alexandre.

Celui-ci dévoile l'hérésie d'Arius.

Eusèbe présente Arius à Constantia, sœur de l'empereur, sur laquelle il a un grand ascendant.

Alexandre écrit à Constantin : danger de cette nouvelle doctrine.

L'empereur ordonne à Arius et Alexandre de se réconcilier.

Aucun effet.

Constantin écrit une réfutation de l'arianisme.

Il réunit tous les évêques : premier concile œcuménique, de Nicée.



Alexandre

Le Fils de Dieu est égal, en honneurs, à son Père.
Il a la même essence que celui qui l'a engendré.
Eternel, immuable, tout-puissant.
Il est le Verbe et la Sagesse du Père.
Le Père et le Fils ne font qu'un.



Arius

Le Fils engendré par le Père et doué comme lui d'éternité : monstruosité inadmissible.
C'est admettre deux principes parfaitement égaux, deux Dieux.
C'est, dit-il, un retour au Sabellianisme, dans la confusion des personnes de la Trinité.
Le Fils est la créature et l'ouvrage du Père, il est son inférieur en toutes sortes de perfections divines.
Il rejette cet engendrement.
Le Fils est une créature, il n'est donc pas de l'essence du Père.
Il y a eu un temps où le Fils n'existait pas, il a été tiré du néant, il n'est donc pas éternel ni véritablement Dieu.



THESES



L'arianisme méconnaît les données fondamentales du Christianisme.

L'humanité qu'Arius accorde à Jésus-Christ n'est pas réelle.

La divinité qu'il lui accorde n'est pas réelle.

Si la divinité accordée au Fils était réelle, Arius tomberait dans le polythéisme qu'il veut éviter.

L'arianisme rend le sacrifice de Christ inutile, impossible.

Retour à la page d'accueil : ici