N5934
Bénir et aîné



N5934 Benir et aine

Bénédiction.



*Berakha.*



Ce sont les lettres de



*Bekhor,*



L’aîné.



Je suis béni si, en un certain sens, je connais une existence "d’aîné".



Si je me trouve dans une situation, enviée, de suprématie.



La tendresse offre à chaque personne ce statut réconfortant.



Aimé, compris, admiré.



Surtout, estimé, respecté…



Un enseignement précieux des sages.



Aîné, les consonnes représentent la deuxième dimensions.



Pour ce qui concerne les unités, les dizaines, les centaines.



*Bekhor.*



*Beit*, 2.



*Caf*, 20.



*Rech*, 200.



Quand tu donnes à l’autre, quel qu’il soit, le sentiment de son aînesse.



Alors, il vit l’exquise expérience de sa bénédiction.



Bénir toutes les familles de la terre ?



Que chacune soit fière, grâce à toi, de sa valeur.



De sa prééminence.

Retour à la page d'accueil : ici