N5847
A la Bibliothèque nationale, une femme voilée admire ma lecture de la "Conférence des oiseaux", de Fakreddin el Attar



N5847 A la Bibliotheque nationale, une femme voilee admire ma lecture de la "Conference des oiseaux", de Fakreddin el Attar

Cette femme est émerveillée.



Iranienne, elle considère que Attar fait partie de son patrimoine.



Et moi, qui suis tout différent, je m’intéresse à ce livre.



A son étonnement, je réponds par une précision que je lui donne.



Je lui dis :

"Savez-vous que dans ce livre, il y a plusieurs pages en caractères hébraïques."



La dame est toute étonnée.



Je conclus :

"Effectivement, à cette époque, il était plus facile d’être amis…"

Retour à la page d'accueil : ici