H8444
Occident conquérant et menteur, tu as fait comme si tu avais tout. "Véritable Israël". Maintenant, confondu, tu es perdu



H8444 Occident conquerant et menteur, tu as fait comme si tu avais tout. "Veritable Israel". Maintenant, confondu, tu es perdu

Occident conquérant et menteur, tu as fait comme si tu avais tout. "Véritable Israël". Maintenant, confondu, tu es perdu.



Saint Augustin



"L’Eglise est le véritable Israël."



Egalement, Robert le Pieux.



Hitler



"L’Allemagne est le peuple élu."



Etats-Unis



"Nous sommes le peuple élu."



Occident, tu n’avais pas besoin d’une morale.



Il te suffisait de jouir de tes conquêtes.



De ta domination impitoyable.



De ta cruauté.



Il suffisait que le soleil ne se couche pas sur ta vastitude.



Que la loi de Rome s’applique partout.



Celle de l’Eglise.



Qu’un pape pantin, Alexandre VI Borgia, te donne les confins de l’univers.



Cela lui appartenait, n’est-ce pas ?



Jésus avait dit :



"Le Fils de l’homme n’a aucun endroit où poser sa tête."



Pour le Borgia voleur, cela n’existait pas.



L’Amérique du sud a entièrement été raptée par la décision du tyran de Valence.



Tu as affabulé.



Tu as exterminé.



Le progrès était infini.



Et la liberté révolutionnaire, sans limites.



Avec la belle devise, "Liberté, égalité, fraternité", due à Robespierre, un doux.



Après le monototalitarisme, tu avais pourtant la patacratie, au nom populaire de démocratie.



Son principe ? Toujours absoudre toutes les corruptions.



Surtout en fonction des apparentements avec d’autres corrompus, plus dissimulés.



Flatto Sharon, député honorable, jamais inquiété à la Knesset.



Woerth, Tapie, Cahuzac, Rugy, lui blanchi par Madame Sans Gêne, blanchisseuse-maréchale.



Chirac, Juppé, Sarkozy, Guéant, Copé, Longuet…



Malraux vole des statues à Angkor ?



Il en est récompensé, nommé ministre de la culture.



Son vol ne choque pas de Gaulle.



Le mal, couronné, encensé.



Encouragé.



Il y a l’arme du sursis, pour ceux que l’on veut ménager, malgré leur grave délinquance.



La "bonne conduite, qui les libère, après la mauvaise.



Il suffit de subir quelques % de la peine décidée, et on peut sortir de prison, et recommencer, avec l’expérience nouvellement acquise.



Ministres solidaires, complices, affectant que la corruption est légale.



Elle est "honnête et légitime".



Occident désemparé…



Tu t’es réveillé, avec tes charniers, de plus en plus atroces.



Tu as l’habitude de les soutenir tous.



De jure, et de facto.



Mais discrètement.



Tu avais commencé, Charlemagne illettré, par avoir un fils, Roland, avec ta sœur.



Maintenant, la débâcle.



Triomphes de Trump, Erdogan, Poutine, Bachar el Assad, Netanyahou, criminels répugnants et solidaires.



Occident aux abois.



Tu ne crois plus en aucun avenir.



Planète endolorie, gâchée, détruite.



Sans la responsabilité de personne.



Mais les dirigeants ne se reconnaissent pas coupable de quoi que ce soit.



"Il n’y avait pas d’autre politique…"



Tu es innocent, n’est-ce pas ?



Devant n’importe quel tribunal, tu peux faire appel, et être immédiatement disculpé.



Carmina Burana



"Il est inutile que le pauvre fasse un procès :"



"Le riche a acheté le juge."



Tu n’es nullement coupable de ces Juifs dénudés, humiliés, avilis, affamés.



Dans leur misère, ils n’ont eu que la mort dégradante.



Ils étaient certainement coupables.



Autrement, leur calvaire n’aurait pas eu lieu.



Ovadia Yossef, érudit obscur :



"C’étaient des criminels, quand ils avaient d’autres âmes."



Qu’a-t-il osé dire, l’imbécile petit grand rabbin…



Les choisis de Dieu.



Tehilim 44.23



"A cause de toi, nous avons été traités comme du bétail à la boucherie."



Toi, tu n’as rien fait de mal.



Tu ne savais pas.



Tu ne pouvais pas savoir.



Personne ne t’avait rien dit.



L’étoile jaune les protégeait.



Ils n’ont pas été autrement traités que les autres.



Tu t’associais aux tortures, mais intérieurement seulement.



On ne peut t’imputer des crimes que tu n’as pas commis.



Il s’agit de crimes allemands.



Polonais.



Russes.



Ukrainiens.



Français.



Bettencourt, compagnon de la libération, sans aucun fait de résistance.



Responsable de la propagande antijuive pour la Gestapo.



Papon, préfet.



Bousquet, fréquenté.



Il ne faut pas dire que les victimes étaient juives.



En Russie et en Pologne, on déclame qu’il s’agissait de "patriotes".



Haj Amin el Husseini était un arabe marginal, sans plus.



Hitler, Goebbels, étaient des farfelus hypnotisés par leur haine, folie furieuse.



Ils n’engageaient qu’eux-mêmes.



Et personne d’autre.



Mais toi, Occident, tu ne vas plus nulle part.



Perdu, tu demandes ton chemin à tout passant.



Sans rien trouver nulle part…



Dernier tableau de Gauguin :


Assez désabusé, désemparé.



"Qui sommes-nous ? D’où venons-nous ? Où allons-nous ?"



Les bras ballants.



Il ne reste plus qu’un autre fanatisme fou pour te relayer.



En tirant parti, aussi, de la sauvagerie que tu as toi-même savamment déployée.



Ce djihad commencé par Mohamad, au nom de "Dieu est grand".



Poursuivi de potentat en potentat, dans tous les pays conquis, sans qu’il se soucie de la moindre rectitude morale.



"Dieu est grand ?"



Mais le tien, qu’il est minuscule !



Pitoyable et dément.



Tellement infatué.



De démence cruelle en démence cruelle, avec les effectifs facilement obtenus par les conversions forcées, à force de conquêtes.



Conversions forcées ?



Voulues par Paul :



"Oblige-les à entrer."



Récusées par le Coran :



"Pas de contrainte en matière de religion."



Mais le résultat est le même :



La conversion forcée, systématiquement appliquée à toutes les populations conquises.



Une sauvagerie, à base de meurtres.



En dehors de la voie du sang, pas de grande science.



Comme le disait Céline, un écrivain disculpé par les Danois :



"Bagatelles pour un massacre."



Celui de l’univers.



Ce n’est pas grave, puisque je suis laïque.



Que mon libéralisme m’interdit toute compassion à une souffrance quelconque.



Real Politik.



Sénèque



"La justice est le reflet des intérêts des dirigeants."



Le sage, premier ministre de Néron, aux 11 pièces de théâtre, a fini par obtempérer aux ordres du fou.



Il lui a abandonné sa fortune, et il s’est suicidé, suivant ses ordres.



Tout comme Pétrone, avec son "Satiricon", l’impasse de la société romaine.



Une technologie merveilleuse, pour l’univers ; surtout dans le domaine des armes.



La légitimation de n’importe quel mal.



Et l’autodestruction débile, dans le grand mouvement du… "progrès".



Gauguin, aux Iles Marquises.



Son dernier tableau a un sens précis, dans son titre.



"Qui sommes-nous, d’où venons-nous, où allons-nous ?"



Corneille



"Marquise, si mon visage a quelques traits un petit peu vieux…"



Brillant Occident…



Charlemagne aussi vertueux que Zeus…



Il tue 60 000 Saxons, qui ne veulent pas devenir chrétiens.



Mais quand il est malade, il se demande si Dieu ne le punit pas de ces crimes.



Occident, Orient…



Avec vos dieux de haine.



Islam exigeant la soumission de tous.



Le renoncement à toute pensée.



De même que l’Index catholique.



La même soumission que sous Staline.



Saint-Augustin



La guerre juste ? Celle qui est menée par l’Eglise.



"Quand l’Eglise persécute, c’est de l’amour…"



Chrétiens, certains Juifs ont tué un des leurs, admirable.



Et vous, vous êtes les ennemis définitifs et impitoyables de tous les Juifs, passés, présents, futurs.



Vous qui prétendez être pleins d’amour et de pardon.



Luther veut réformer le christianisme ?



Il parle de… "vermine juive".



Notre idole ne saurait être traitée en idole.



Aucune critique du christianisme n’est admissible.



Saint Louis



"Si les Juifs le critiquent, il faut leur passer l’épée en travers du ventre."



Cette synagogue aveugle…



Alors que nous sommes tellement clairvoyants.



Son dieu approximatif, peu satisfaisant.



Nous possédons la vérité.



Mais elle est morte…

Retour à la page d'accueil : ici