H8244
Trois savants coléreux que j’aime : Rabi Eliezer, Rabi Chimon, saint Jérôme



H8244 Trois savants colereux que j’aime : Rabi Eliezer, Rabi Chimon, saint Jerome

Trois savants coléreux que j’aime : Rabi Eliezer, Rabi Chimon, saint Jérôme.



Ce ne sont pas mes propres traits de caractère.



Mais je l’admire chez eux…



Rabi Eliezer a toujours raison.



C’est ce que dit son maître, Raban Yohanan ben Zacaï.



Il refuse de se ranger à l’opinion des autres sages, qui décident de ne plus le fréquenter.



Quand ils viennent lui dire tout de même adieu, juste avant sa mort, il leur prédit une mort atroce.



Et plus encore, pour Rabi Akiba :



Parce que lui pouvait le comprendre.



Rabi Chimon accueille un élève, tout heureux d’avoir trouvé une improbable confirmation de son enseignement dans sa vie.



"Il te fallait donc une confirmation ?"



Il le regarde. L’eau se retire du corps de son élève, qui devient un monceau d’ossements.



Saint Jérôme a de grandes colères.



Son ami d’enfance, Rufin d’Aquilée, en Sardaigne, n’est pas d’accord avec lui.



Il conteste ses traductions.



Jérôme est à Beil Lehem, Rufin à Jérusalem : très voisins.



Un gros livre de Jérôme, "Contre Rufin".



Paula, riche veuve, qui soutient aussi Rufin, est maintenant "une vieille folle".



Auparavant, elle était une sainte, comparable à la vierge Thècle.



Quand Rufin meurt, le discours funèbre de Jérôme est court :



"Le scorpion est mort, il ne nous inoculera plus son venin."



Malgré le déplorable venin de Jérôme, je l’aime…

Retour à la page d'accueil : ici