H8127
Baiser de Essav, à Yaacov, qui est aussi morsure. De même, l’islam



H8127 Baiser de Essav, a Yaacov, qui est aussi morsure. De meme, l’islam

Baiser de Essav, à Yaacov, qui est aussi morsure. De même, l’islam.




Essav a couru vers lui, il l’a enlacé, est tombé sur son cou, l’a embrassé, et ils ont pleuré.



( ; Berechit : 33.6 )




Essav, qui avait voulu tuer Yaacov, s’élance vers son frère.



Un amour inattendu, mais profond et sincère.



Cet élan conduit Yaacov, lui aussi, à parler avec lui.



Des baisers…



Mais des points confirment et infirment ce que dit le verset.



Autant de points que de lettres.



Israël est perplexe.



Il l’a embrassé, ou il l’a… mordu.



Eglise, fascinée par Israël, courageusement… "déicide". Tuer le monstre, tout en l’adorant.



Un soi-disant amour.



En vérité, une haine.



A cause de mon rival, je n’ai pas ma place normale de… "véritable Israël".



Un baiser morsure…



Tibère se faisant sucer le sexe par de tout petits enfants, à Capri, avant de les fracasser sur le roc.



Un "amour" qui n’est que l’utilisation méprisable des enfants.



L’Eglise se sert d’Israël, mais le spolie, l’expulse, le persécute.



Le brûle.



Une étreinte affectueuse ?



Une tentative de briser la jugulaire ?



Un amour haineux, qui veut seulement détruire.



Non s’inspirer d’un frère plus expérimenté.

Retour à la page d'accueil : ici