H7356
La Tora ? L’amour platonique d’Israël…



H7356 La Tora ? L’amour platonique d’Israel...

La Tora ? L’amour platonique d’Israël…



Tehilim 19



"La Tora de Dieu est parfaite."



Baal Chem Tov



Elle est intacte.



Comme une vierge que personne n’a encore touchée.



Elle n’a connu ni amour, ni tendresse.



Ni présence, ni caresses.



Personne, jamais, n’a touché quoi que ce soit de son corps.



Elle ne sait pas ce que c’est.



Ne connaissant aucune intimité.



Comme tu te vantes, Israël, quand tu prétends, mensongèrement, que tu l’"étudies".



Elle ne connaît rien de toi, et toi, rien d’elle.



Vous êtes des étrangers, l’un à l’autre.



Tu laisses toute seule la petite jeune fille.



Et tu fais semblant que tu "possèdes" celle qui est tellement éloignée de toi.



Un fantasme.



Une représentation mythique.



Un hologramme.



Tu te rengorges, dans ton orgueil pitoyable.



Mais comme tu es éloigné de ce que tu es censé aimer !...



Tu ne t’es jamais approchée d’elle.



Tu ne lui as pas pris la main.



Tu ne lui as pas donné un baiser.



Pour toi, elle est sur une autre planète.



Comme le sont, selon August Strindberg, l’homme est la femme.



Tu ne l’as pas vu nue.



Tu ne sais rien de son corps.



Tu ne connais pas même son visage, parce qu’elle te tourne le dos.



Ses seins ?



Son pubis ?



Ses jambes ?



Ses cuisses ?



Sa croupe ?



Ses mains ?



Ses pieds ?



Tu n’en connais que ce dont t’ont parlé les poètes, quand tu as condescendu à t’y intéresser.



Pour toi, elle est l’image d’ivoire de Pygmalion, sculptée dans l’irréalité.



Amour platonique…



Au moins, Platon, homosexuel, a connu quelque chose du désir et de la jouissance.



Ce n’est pas ton cas, toi qui as toujours vécu dans l’abstrait, l’imaginaire et le mot d’ordre halakhique.

Retour à la page d'accueil : ici