H7126
Désigner sous le nom Dieu… Une perversion, dans laquelle l’homme disparaît



H7126 Designer sous le nom Dieu... Une perversion, dans laquelle l’homme disparait

Désigner sous le nom Dieu… Une perversion, dans laquelle l’homme disparaît.



Alors, on commença à invoquer le nom de Dieu…



Berechit 4.26



Seth eut aussi un fils, et il l'appela du nom d'Énoch. C'est alors que l'on commença à invoquer le nom de l'Éternel.



Désigner ainsi, diviniser…




Des empereurs romains, chinois, japonais.



Laisser de côté l’homme, le diminuer.



Des empires, des produits publicitaires.



La vantardise à outrance.



Tandis que le pouvoir autorise la mise à mort de n’importe quel critique.



Ce que font Ptolémée Philadelphe et sa sœur, sa femme Arsinoé IV, est parfait.



Le poète qui ose critiquer leur union incestueuse est Sotadès. Il en meurt.



Né à Maronée en Thrace, il est célèbre pour ses kinaïdoï ou phluakes, poèmes satiriques obscènes, pour les premiers palindromes connus, et pour le mètre sotadique. Il vécut à Alexandrie sous le règne de Ptolémée II Philadelphe ; selon Plutarque, Sotadès insulta grossièrement Ptolémée dans un poème à l'occasion de son mariage avec Arsinoé, et celui-ci le fit jeter en prison. Selon Athénée, le poète s'en prit à la fois à Ptolémée et à Lysimaque, puis s'enfuit d'Alexandrie et fut rattrapé par un général de Ptolémée, Patrocle, qui le fit enfermer dans un coffre de plomb et jeter à la mer.



Pour l’opinion publique, ce traitement est légitime ; elle désapprouve la critique des islamistes, des dictateurs déifiés.



Ceux qui possèdent le pouvoir doivent pouvoir en jouir avec insolence, sans limite.



Surtout, pouvoir continuer à désigner n’importe quoi comme dieu…

Retour à la page d'accueil : ici