H7108
Arte : "La route des Incas"



H7108 Arte : "La route des Incas"

"La route des Incas"

Arte



Au Pérou.



Une grande pauvreté.



Travailler la terre, dans la solitude.



Les pieds dans la boue.



Aucun avenir.



Une existence marquée par les intempéries tragiques.



Une autre activité ?



Etre porteur, pour les touristes.



Porter des charges énormes, sur de grandes distances montagneuses.



Arriver avant les touristes, et préparer les repas.



Pour tenir le coup, une boisson alcoolisée, la chicha.



Maïs, arachide, manioc.



L’inconvénient ?



On devient ivrogne, et on en meurt.



De père en fils.



Autrefois, les Incas.



Les Espagnols sont venus, avec le brigand Pizarre.



Ils ont pris l’offrande de l’Inca Atahualpa, pour sauver sa vie :



Le contenu d’or d’une maison entière.



Ils ont pris l’or, et ils ont tué l’Inca.



Apportant aussi, dans la même manière ignoble de se conduire, l’évangélisation.



Aujourd’hui, les descendants des Incas sont pauvres.



Ils ont même eu un Japonais corrompu, Fujimori, comme président.



Les crimes des Espagnols, personne ne s’en soucie.



Ils vivent dans leur misère délabrée, sans aucun espoir d’avenir.



Les Incas ne sont plus, ils ont été dépouillés.



Il ne leur reste plus qu’une nostalgie, une rancœur.



L’homme blanc est arrivé, il a tout pris.



Il n’a laissé aucune possibilité de vivre.



Aucune raison d’exister.



Martin Buber



"Les grandes puissances appellent vertu la digestion de leurs crimes passés."



Sans pudeur, ils parlent d’"Etats voyous".



Heureusement, ils avaient la "limpieza del sangre".



Elle les a protégés du mal…



Dans mon royaume, personne n’a la paix qui lui permettrait de se coucher.

Retour à la page d'accueil : ici