H6880
Napoléon III, fléau venimeux ; décuplant la cruauté de l’oncle, et se croyant glorieux. La France méritait-elle cette plaie ?



H6880 Napoleon III, fleau venimeux ; decuplant la cruaute de l’oncle, et se croyant glorieux. La France meritait-elle cette plaie ?

Napoléon III, fléau venimeux ; décuplant la cruauté de l’oncle, et se croyant glorieux. La France méritait-elle cette plaie ?



Victor Hugo



Napoléon le petit.



Effectivement.



Extrêmement.



Infiniment.



Une intelligence imperceptible.



Se revêtir de la peau d’autrui, comme on faisait chez Quetzalcóatl.



Censure impitoyable.



Pas le soupçon d’une liberté quelconque.



Fermer aussitôt la première bibliothèque municipale, rue de Turenne.



Ouverte par des femmes d’ouvriers, qui "veulent s’instruire".



Interdire Lorenzaccio, de Musset.



En effet, on ne tue pas un roi.



Pas plus Alexandre Médicis, de Florence, que Lois XVI, de Varennes.



Les comportements des rois ne comptent pas ; on ne saurait les condamner, même pour des crimes.



Une dépravation généralisée : s’emparer de toutes les jolies femmes de Paris.



Cela est vraiment le signe du droit divin.

Retour à la page d'accueil : ici