H6839
Le sacrifice… Non une déperdition d’être, mais une grandeur



H6839 Le sacrifice... Non une deperdition d’etre, mais une grandeur

Le sacrifice… Non une déperdition d’être, mais une grandeur.



Israël envoie très souvent des secours aux pays victimes de catastrophes, surtout naturelles. Complexé, il cherche ainsi à faire croire à son humanité désintéressée. Pour qu’on l’estime, qu’on ne dise pas de lui le pire. De même, Mahmoud Abbas, suivant l’exemple du cadet, envoie des médicaments au Venezuela. Des Israéliens, coupable de la même attitude simonique, se moquent de lui. Disant : Il les envoie aux Venezuela, mais non à Gaza… Entre manœuvriers et magouilleurs de toutes sortes, la lucidité inutile.



Madame du Barry, maîtresse de Louis XV avant de perdre la tête, soutient financièrement les églises, les prêtres. Non qu’elle soit pieuse, naturellement. Mais c’est la vieille tactique d’Hélène, mère de Constantin. Des pots-de-vin glissés dans la main poisseuse de Dieu doivent permettre, par faveur spéciale, le pardon des crimes de son fils, Constantin.



Née à Vaucouleurs, Jeanne Bécu, qui régnera sur le sens du petit roi dépressif, porte le nom de certaine pucelle… Mais son nom est révélateur, avec ce "bé", qui indique en hébreu le mot "avec". "Avec un cul", et croyant naïvement que l’on peut corrompre Dieu, de même qu’on le fait avec des êtres médiocres. Mais comme le dit Federico Lorca, quand on propose à Dieu une jeune fille, ce n’est plus de son âge…



Univers du sacré ?



Tout est sacré et profane à la fois.

Le rôle des Cohanim, dans Vayikra 10.10, est de discerner entre ce qui est saint et profane, ce qui est impur et pur, et d'enseigner à ce sujet.



De la sainteté à la pureté.



Non l’univers fétide de la culpabilité, qui infecte si généralement la vie religieuse.



Contrairement à ce que dit la Tora, dans la même peracha, à propos de la cachrout :



Distinguer entre l'animal qui se mange, et celui qui ne se mange pas.

Le sacrifice, korban est le superlatif de la proximité, de l'intimité. Ce qui est vraiment saint, quand le dialogue n'est pas formel et extérieur, fictif.



Baal Chem Tov



Quand tu écoutes ce que te dit une personne, jusqu'à la racine de son être.



Le donnant-donnant, bijou ou bouquet, pour obtenir quelque chose, est un troc honteux.



Mitsvot contre olam haba.



Nicolette à Aucassin : Que me donneras-tu comme cadeau, pour coucher avec moi ?



Au contraire, Antignos de Sokho, au début de Avot :



Servir le maître dans le but de ne pas recevoir de salaire.



Pur amour, et non l'échange de la corruption : Je te donne ceci, contre cela.



Quand je lui achète trop de fleurs, ma femme me gronde.



Mais il y a quelques mois, une orchidée qui lui a fait plaisir...



Dieu donne à Moché la Tora comme une fiancée. Kekhaloto ledaber ito.



Quand il a terminé de parler avec lui.



Il est écrit, hasser, kekhalato.



Comme sa fiancée.



La fiancée, on la reçoit sans mérite.



Un vrai cadeau.



Le vrai sacrifice ?



Donner à un être des instants de bonheur, qui donnent à la vie tout son sens.



Non s’anéantir, mais, tout au contraire, se trouver, avec l’autre.



Midrach sur Terouma



"Ma lumière est dans ta main, et ta lumière est dans la mienne."



Quand il y a vraiment une lumière.



Et non une pitoyable mascarade, envers de la vie.

Retour à la page d'accueil : ici