H6700
Bilam attise la colère de Dieu, il ne se met pas en colère ; corrélativement, Dieu anéantit la colère de Bilam, et il bénit



H6700 Bilam attise la colere de Dieu, il ne se met pas en colere ; correlativement, Dieu aneantit la colere de Bilam, et il benit

Bilam attise la colère de Dieu, il ne se met pas en colère ; corrélativement, Dieu anéantit la colère de Bilam, et il bénit.



Les sectateurs de Jésus choisissent la haine.



Ils l’appellent, dans un humour noir inconscient, l’amour.



Saints Pères de l’Eglise…



Tous habités par la haine contre Israël.



Des livres venimeux :



"Adversus Judaeos."



Rien de bien chez ces monstres, disent-ils.



Dieu a grandement eu tort de les distinguer.



Sans doute était-il, malgré lui, enjuivé ?



Bilam ne peut attiser la colère de Dieu contre Israël.



De même, Dieu lui enlève le venin de sa haine.



Au lieu de maudire, comme il le voudrait tant, il bénit.



Prisonnier d’un dieu qui le dompte.



Qui transforme tout.



Aseptisant le dépositaire du poison.

Retour à la page d'accueil : ici