H6536
La mort ? La coutume, la règle, le rite. Le contraire de toute vie ; tu es enfermé, bridé, anéanti. Toute fantaisie t’est interdite



H6536 La mort ? La coutume, la regle, le rite. Le contraire de toute vie ; tu es enferme, bride, aneanti. Toute fantaisie t’est interdite

La mort ? La coutume, la règle, le rite. Le contraire de toute vie ; tu es enfermé, bridé, anéanti. Toute fantaisie t’est interdite.



Qu’as-tu le droit de faire ?



Seulement de creuser, dans la douleur, ton sillon d’esclave.



L’initiative ?



C’est le plus grand des blasphèmes, qui moleste gravement Dieu.



Il meurt de toutes tes atteintes à sa toute-puissance, qui implique ta toute-impuissance.



Résigne-toi.



Tu n’existes pas.



Le dieu ne t’a créé que pour te faire souffrir.



Certainement pas pour ton bonheur, qui est le crime même.



La coutume est invariable.



Tu dois t’y plier, ou mourir.



La règle est faite pour te briser.



Pour que tu n’aies aucun élan.



Tu dois disparaître, larve immonde qui oses, d’une manière incongrue et cachée, avoir des désirs.



Tous sont immondes.



Le rite ?



Il est inflexible.



Fait pour te briser, t’anéantir.



Pour la plus grande gloire de l’idole.

Retour à la page d'accueil : ici