H6476
Les musulmans se tuent entre eux, ils aiment tuer, aussi, les autres. Avoir pitié de leur misère, de leur folie



H6476 Les musulmans se tuent entre eux, ils aiment tuer, aussi, les autres. Avoir pitie de leur misere, de leur folie

Les musulmans se tuent entre eux, ils aiment tuer, aussi, les autres. Avoir pitié de leur misère, de leur folie.



Agar chassée par Sara, pour rien.



Par pure jalousie.



Initiant une histoire des sempiternelles victimes.



Ali et Hussein, assassinés.



Les califes bien dirigés, pas dirigés du tout.



La religiosité, contemporaine de la haine.



Des Coptes assassinés en Egypte, simplement en raison de leur crime : Ils osent ne pas être musulmans.



Comme quatre des six tribus juives de Yatrib, qui devint Médine. De quel droit contester la toute-puissance infaillible de Mohamad, mal dirigé par Dieu ?



Mais aussi, le crime odieux de Chimon et Lévi, quand ils exterminèrent la population entière de Chkhem, parce que celui-ci s’était accouplé avec Dina, qui le voulait bien. Un accord de paix, ignoré d’une manière ignoble.



Akbar scandalisé par la haine, la guerre incessante entre sunnites et chiites, la religion comme pure calamité, à l’ombre de l’idole grimaçante.



Les Cananéens ? Un beau verset, parmi les autres (Devarim 2.16) : "Ne laisse vivre aucune âme".



La clientèle inspirée des confidents de Dieu. Qu’avaient fait les malheureux ? Ils se sont simplement mis sur la route des sauterelles qui les mastiquèrent, perdant leur terre, comme les Amérindiens, les Lapons, les Aborigènes.



Ichmaël n’a pas voulu de la Tora : Pour lui, la dépravation sexuelle était essentielle, à moins que ce fût le vol. Suivant le Midrach et le Zohar.



Tandis que pour Essav, l’Occident, c’était le meurtre qui était une joie vitale.



Malheureux hommes, ballottés par les religiosités respectives, sans dieu ni idéal moral.



Chacun avec sa cruauté infinie.



Chacun fustigeant celle des autres, avec une belle et noble indignation.



Le dieu du monothéisme est encore plus barbare que les dieux grecs, égyptiens, hindous.



Sans pitié et sans bonté.



L’envers de la vie, de l’amour, de la justice, de la liberté.



Voilà ce pour quoi tu tues.



Ce pour quoi tu meurs.

Retour à la page d'accueil : ici