H6217
Le plus précieux de toi ? Ton moi, cadeau splendide que Dieu t’a donné. Ne le détruis pas, dans une humilité aveugle



H6217 Le plus precieux de toi ? Ton moi, cadeau splendide que Dieu t’a donne. Ne le detruis pas, dans une humilite aveugle

Le plus précieux de toi ? Ton moi, cadeau splendide que Dieu t’a donné. Ne le détruis pas, dans une humilité aveugle.



Ne fais pas semblant que tu méprises les désirs naturels.



Tout au contraire, vis-les, dans la joie, la volupté.



Ne choisis ni la gnose, ni le bouddhiste.



Ni la morale populaire, bien superficielle, d’effacement de l’ego.



Considère la joie de Hillel, dans sa pureté.




Hillel, dans sa joie, quand on puisait l’esprit saint dans le temple…



Il disait :



Si je suis ici, tout est ici.



Et si je ne suis pas ici, qui est ici ?



( ; Souca : 53 )




Joie de l’endroit où l’on puise.



Puiser l’esprit saint.



Une inspiration collective.



Non banale.



Il suffit que je sois ici.



Alors, tout est ici.



Mais si je suis absent, dans ma quintessence, quel vide.



Il n’y a rien, si je ne suis pas, moi, ici.



Face à Dieu.



Avec lui.



Une intimité, une joie.



Embelli par sa présence.



En rien détruit par elle.



La vérité de la vie.

Retour à la page d'accueil : ici