H6199
Populisme ? Le peuple sait rendre la justice ; il a condamné la princesse de Lamballe, comme il convenait



H6199 Populisme ? Le peuple sait rendre la justice ; il a condamne la princesse de Lamballe, comme il convenait

Populisme ? Le peuple sait rendre la justice ; il a condamné la princesse de Lamballe, comme il convenait.



Internet



Non seulement sa tête est promenée dans Paris sur une pique, mais son sexe sert de moustache à un de ses bourreaux.



Sur les 8 heures du matin, le 3 septembre 1792, deux gardes nationaux pénètrent dans la chambre de la princesse de Lamballe à la prison de la Force.



Sans égard pour son air défait, ils lui intiment l'ordre de les suivre pour être transférée à la prison de l'Abbaye.



Arrêtée le 10 août précédent aux Tuileries avec le couple royal, la surintendante de Marie-Antoinette a une mine de déterrée.



Elle n'a pas dormi de la nuit. Ou si peu.



Elle a rêvé que Marat l'égorgeait sur un monceau de cadavres avant de lui dévorer le cœur.



Elle ne veut pas quitter sa cellule.



Les rumeurs des massacres opérés depuis la veille dans les prisons parisiennes sont parvenues jusqu'à elle. Toute la nuit, elle a entendu les cris, les hurlements, les roulements de tambours, les injures et les râles.



Cette femme, était-elle plus criminelle que ceux qui l’ont méchamment torturée et tuée ?

Retour à la page d'accueil : ici