H6082
Chirac et Ahachveroch, semblables. L’un amène des prostituées dans les écuries, l’autre dit monter les femmes



H6082 Chirac et Ahachveroch, semblables. L’un amene des prostituees dans les ecuries, l’autre dit monter les femmes

Chirac et Ahachveroch, semblables. L’un amène des prostituées dans les écuries, l’autre dit monter les femmes.



Ahachveroch, empereur de Perse et de ses 127 provinces ?



Une brute.



Il "essaie" toutes les femmes mariées, comme les jeunes filles, quand il recherche, pour se remarier, la plus belle.



Il vend les Juifs à Aman, qui les hait, pour une somme d’argent.



Il veut que sa première femme, Vachti, paraisse nue devant lui et ses vassaux.



Avec juste sa couronne sur sa tête.



Elle le rend fou…



Lui dit :



Tu étais le palefrenier de mon père Nevoucadnetsar, et tu amenais des prostituées dans les écuries.



Tu n’as pas changé…



Ahachveroch ne décolère pas, parce qu’il ne peut raconter à personne cette remarque qui le blesse.



Chirac fut président de l’Etat français.



Très semblable au monarque perse, il déclare, dans un toast :



"A nos chevaux, et à nos femmes, et à nous qui les montons."



Grossièreté, mépris.



De même, Ahachveroch, à son long festin, n’a qu’un seul sujet de conversation :



Comparer avec ses vassaux ses prouesses sexuelles.



Parlant de Vachti, il dit :



"Cet instrument dont je me sert…"



Cet instrument ?



Son bas-ventre.



Des "Lettres persanes" plus moderne.



On ne peut pas attendre grand-chose d’un président français pareil.

Retour à la page d'accueil : ici