H5689
Sota : Le Cohen fait boire une femme, il dénude, discrètement, sa poitrine. Il s’agit de… sa mère



H5689 Sota : Le Cohen fait boire une femme, il denude, discretement, sa poitrine. Il s’agit de... sa mere

Sota…



Une conception archaïque du couple.



Tu la soupçonnes de s’être donnée à un autre homme ?



Pourtant, tu l’avais mise en garde.



Tu lui avais dit :



Ne fréquente pas cet homme !



Elle t’a bel et bien rendu jaloux…



Via le Cohen, tu lui fais boire une mixture.



Une sorte de philtre, non d’amour, mais de haine.



Si elle est "coupable", elle en meurt.



Ou tu la répudies.



Le Cohen dévoile sa poitrine, sa faiblesse.



Ménélas, qui voulait tuer Hélène, infidèle, voit sa poitrine.



Il en est ému, parce qu’il la vue dans l’histoire de leur amour, même s’il était une parfaite brute.



Il l’épargne.



Le Cohen ne regarde pas, directement, la poitrine de la femme soumise à son ordalie.



Il la regarde, à travers l’eau du Kior, bassin de cuivre, du cuivre offertes par les femmes, fait des miroirs à l’aide desquels elles suscitaient le désir des hommes.



Une pudeur du Cohen.



Qu’il n’entre pas dans l’intimité de ce couple.



Un jour, le Cohen fait subir à une femme l’épreuve de la buvaison, la Sota.



Il découvre sa poitrine.



Et il s’aperçoit qu’il s’agit de… sa mère.



Israël, donnant plus ou moins efficacement des leçons de vie à l’univers entier.



Et une pénitente n’est autre que sa maman…



Les mêmes défauts que partout, les mêmes tares…

Retour à la page d'accueil : ici