H5659
Ce qui perd le judaïsme ? Sa rigidité, qui écœure. Personne n’a envie de s’enliser dans des limites habitées par les tics



H5659 Ce qui perd le judaisme ? Sa rigidite, qui ecœure. Personne n’a envie de s’enliser dans des limites habitees par les tics

Une liberté fictive.



Absente.



Prétendue.



Des réflexes, assez obsessionnels.



Le renoncement à la beauté, à la grandeur.



Au lieu du génie, la bureaucratie.



Celle qui règle des questions suivant une logique imperturbable, celle d’un mécanisme.



L’homme a besoin d’une vérité qui l’exalte.



Il ne peut se contenter de procédures, dans la logique du déjà vu, tandis qu’il suffit de répéter des situations mortes depuis longtemps.



La minutie du geste est insuffisante.



Où est la joie, la vérité, la plénitude ?

Retour à la page d'accueil : ici