H5480
Freud, s’il préserve son identité de Juif, mais athée, vit surtout à l’ombre de l’Autriche-Hongrie. Moché, tué par Israël…



H5480 Freud, s’il preserve son identite de Juif, mais athee, vit surtout a l’ombre de l’Autriche-Hongrie. Moche, tue par Israel...

Le prix à payer, pour l’émancipation.



Un brave meurtre collectif, tout inventé.



De même que les élucubrations du génie, autour du tableau de Sainte-Anne, le vautour de Léonard, son homosexualité…



Une société humaine toujours gouvernée par le meurtre.



La contribution de Freud au nazisme, avant de mourir en 1939.



Les Juifs sont prophéticides.



Et non seulement tueur de l’idole Jésus.



Ce qu’ils ont construit n’a aucune valeur.



Au contraire, un événement sacré, le meurtre de l’archiduc François-Ferdinand.



Cet événement est autrement considérable.



Freud écrit :

"Nous ne pourrons jamais plus être heureux."



Notre univers estimable, détruit.



Comme celui de Paul Celan, de Stefan Zweig, de Walter Benjamin, tous les trois suicidés.



Et aussi celui de Joseph Roth, pratiquement suicidé, lui aussi, par l’alcool.



Roth, mort comme Freud, en 1939.



Roth, qui avait vivement critiqué le presque Moïse de Freud, déclarant qu’il augmentait la portée de la calomnie nazie sur les Juifs.



On s’étonnait qu’il puisse s’opposer au professeur Freud.



Il dit :



"Je connais mieux que lui les cinq livres."



Freud a inventé un crime…



Pourtant, il n’en manque pas, parmi les hommes…

Retour à la page d'accueil : ici