H5458
Vav conversif, qui transforme, en hébreu, le passé en futur, et le futur en passé



H5458 Vav conversif, qui transforme, en hebreu, le passe en futur, et le futur en passe



Pour le vav, la grandeur sait aussi bien transformer le passé en avenir que l'avenir en passé.


L'homme ne dépend pas des temps.



Le temps t'obéit ; il est le "eved ivri" du début de Michpatim (Exode 21.2.



Esclave hébreu ?



Non, esclave de l’hébreu.


De celui qui se situe ailleurs.



Qui ne correspond en rien aux prévisions patelines.



Chlomo déclare qu'il y a 28 temps, dans l’Ecclésiaste (3.1).



Je comprends :

Pour tout il y a du temps.



Du moins si tu es vraiment libre, être non débordé, pitoyablement noyé au milieu de la mer rouge.



Les coïncidences n'en sont jamais, elles sont un signe de la signification d'une vie qui n'est en rien absurde.



Tout à l'heure, j'allais voir mon ophtalmo, pour un vaisseau de mon œil qui a éclaté ; dans la salle d'attente, je lis l'Apocalypse de Jean.



Je lis



Apocalypse 3.18 :

"Mets un collyre, pour que ton œil voie bien..."



Dans l’autobus 29, qui va à Beaubourg, je lis l’histoire d’un pauvre pêcheur, devenu immensément riche, ayant trouvé une grosse perle précieuse dans le ventre du poisson minable, qu’il a acheté avec sa dernière pièce de monnaie, pour son dernier repas.



Je lève les yeux : C’est ici que je descends ?



Je me trouve… rue de la Perle.



Je ne savais pas même qu’il y avait une rue qui portait ce nom…



Dans un autobus, j’ai reçu, en cadeau, une perle.



Tu peux croire que tu n'es qu'un goret passif, un rhinocéros blanc ou brun. Ou bien, vivre le "zé eli ve anvéhou" qui nous a définis dès le passage de la mer rouge.




Exode 15.2



Cantique de la mer



"Celui-ci est mon Dieu, je l’embellirai."



J’embellirai chaque chose, dans ma vie.



A Turnus Rufus, qui asticotait Rabi Akiba, dans Baba batra, page 10, il lui a dit :



Quand nous accomplissons la volonté de Dieu, nous sommes des fils, et il aime nous voir passer outre à sa volonté de roi.

Quand nous ne l'accomplissons pas, nous sommes des esclaves.

Mais Akiba a eu le tort de lui prendre sa jolie femme, de la convertir, de l'épouser.

C'était un suicide.

Turnus Rufus, Romain qui s'était fait muter en Judée pour parler de Dieu, l'a arrêté, et torturé à mort.




Sainte Thérèse d'Avila, dont le grand-père était juif converti de Tolède, exigeait que l'on joue aux échecs, dans les 36 monastères qu'elle a fondés, stupéfiant les chrétiens de son époque.

Elle disait :

"Il faut battre Dieu..."



Deux sortes d'êtres.



Ceux pour lesquels le monde a vraiment été créé (Ben Azaï).



Et se qui se traînent, sans joie et sans but.



Ceux qui subissent tout, et la crise chronique, sans capacité de réaction :



Plaute

"L'homme est un loup pour l'homme.'



Oui, c’est ainsi qu’il voit le monde, envoyant l’idée à Hobbes.



Et Max Weber parle de "monde désenchanté".



Le vav conversif, une spécificité de l’hébreu ?



Je ne le crois pas.



Toutes les langues ont leur génie, leur beauté.



A propos de la Chine, "Xin", qui donne son nom au pays, signifie "le cœur".



Le cœur de chaque chose.



Ce que l'on devine chez les êtres grands, c'est l'aptitude à embellir la vie, en passant par-dessus les conventions placides de la logique élémentaire.


A propos de climat, danse de la pluie, chez les Amérindiens, jeûnes et prières partout.



Mais quand on croit avoir victorieusement tué Dieu, il ne reste plus qu'une tactique pathétique et désespérée : Organiser une "marche pour le climat".



Dans une optique syndicale, de revendication, de rapports de force : Ce à quoi on est tristement habitué.



Une sorte d'incantation, adressée au néant.



Les bras ballants, ne sachant pas quoi faire d’autre.



N’imaginant pas même que ce soit possible…

Retour à la page d'accueil : ici