H5377
Dans le fanatisme, la négation d’autrui est consubstantielle ; il n’y a rien d’autre, seulement un dieu pantin, prétendu, une marionnette



H5377 Dans le fanatisme, la negation d’autrui est consubstantielle ; il n’y a rien d’autre, seulement un dieu pantin, pretendu, une marionnette

Négation d’autrui…



Moi, la vérité.



Elle est unique, indivisible.



Tout ce qui ne s’apparente pas à moi n’est autre que le mal.



Je suis fondé à la détruire.



Guerres interminables, sans autre objet que le désir du mal.



Seulement si tu reconnais la validité, la légitimité, de ce qu’est l’autre, de ce qu’il pense, qu’il aime, tu n’es pas fanatique.



Dans ce cas, tu ne te situes pas dans la cohorte immonde des fanatiques religieux, politiques, nationalistes.



Dans une attitude bienveillante envers ce qui ne coïncide pas avec toi.



Trois monothéismes ineptes, négateurs et emplis de haine.



Psaumes

Tous les dieux des peuples sont des idoles.



Légitimité de mon saint égoïsme, auquel je dois, tout naturellement, sacrifier toutes les victimes.



Le mal, présenté comme étant le bien.



Mais la réalité haineuse ne se laisse pas oublier.



Difforme, elle n’est que haine, qui ne masque pas sa simple volonté de détruire, d’anéantir.



Sainte cause…



Le crime même.

Retour à la page d'accueil : ici