A3024
Sensualité et bonheur, au-delà des récusations habituelles



A3024 Sensualite et bonheur, au-dela des recusations habituelles

Sensualité et bonheur, au-delà des récusations habituelles.



Swedenborg, dans ses commentaires bibliques, fait une grande place à la sexualité.



Montaigne, lui aussi, insiste sur la non séparation du corps et de l'esprit, contrairement aux stoïciens et aux libertins.



Il dit aussi : Chaque pied a son soulier.



Le dialogue de Swedenborg avec les anges est assez primaire.



Encore davantage ses commentaires des versets bibliques, comme Luther ou Albert le Grand par exemple.



Mais il vante la sensualité d'une manière excessive et bizarre.



Par réaction de sale gosse brimé.



Ibn Arabi est plus sensé :



"J'ai besoin de la sensualité pour accéder à Dieu."



Et Abraham Aboulafia :



"L'encre est le sperme, la femme est le papier."



Quant à Job, qui n'a jamais existé, une œuvre poétique de Moché selon le Talmud,



il dit joliment :



A partir de ma chair, je me saisis de Dieu.



Adam, dès la création d'Eve :



"Elle est l’être de mes êtres, et la chair de ma chair."



A la fois être et chair : quelle merveilleuse définition de la femme !



Dans le Talmud, la femme est appelée celle qui est blottie contre toi, exactement comme ton âme.



Quant à Inigo de Loyola, fondateur des jésuites, après une vie passablement dépravée, il dit :



"Rien avec les femmes."



Le malheureux…



Celestius, disciple de Pélage, exclu de l'Eglise comme lui, alors que leur bon sens leur avait fait récuser et péché originel et prédestination :



"Il y a beaucoup de Mani dans le lupanar d'Augustin."



C'est tout à fait vrai, avec une influence grave sur l’Eglise du refus de la vie...

Retour à la page d'accueil : ici