A2969
Akira Kurosawa, dans Dodes’Kaden : Débauche de pur désœuvrement



A2969 Akira Kurosawa, dans Dodes’Kaden : Debauche de pur desœuvrement

Akira Kurosawa, dans Dodes’Kaden : Débauche de pur désœuvrement.



Seul avec elle, il dit à la femme de son ami :



"Je ne sais si mon palpitant bouge encore."



Il s’agit de sn cœur.



Elle le touche, le lui confirme.



Elle lui dit, à son tour :



"Toi aussi, touche le mien."



Il lui dit, direct, explicite :



"Ce n’est pas à ton palpitant que j’en ai."



Non, c’et à son bas-ventre.



Ils sont désœuvrés, vides.



Ils jouent à la comédie du désir.



Juste pour passer le temps…

Retour à la page d'accueil : ici