A2731
Claude Dufresne : "Trois grâces de la Belle Epoque"



A2731 Claude Dufresne : "Trois graces de la Belle Epoque"

"Trois grâces de la Belle Epoque"

Claude Dufresne

Bartillat

2003



Une mythologie, dont les dieux sont de déesses.

Souveraine toute-puissante.

Forte de sa faiblesse même.



Une particule qui fait oublier ses origines modestes.



Les femmes du monde contemplent avec envie celles du demi-monde.



Femmes épouses

Tout ce qu’il y avait de bête, de factice, de conventionnel, nous était réservé.



Un protecteur.

Le ruiner.

S’il se suicide, sa cote de la courtisane monte.



Epouser une brave provincial ignorant leurs frasques.

Bonnes bourgeoises dévotes et... fidèles.



Aux ordres de leur bon plaisir.

Esclaves de leurs plaisirs.



LIANE DE POUGY



Fidèles Compagnes des Filles de Jésus.



Peur de manquer.



Elle place les femmes sur un piédestal, au détriment des hommes.



Plaisirs saphiques.



Elle émerveille tous ceux qui l’approchent.

En est fière.



Les sanglots font partie de leur arsenal de séduction.

Le suicide, au laudanum.



Mariée.

Divorce.



La filière

S’inscrire dans une maison de rendez-vous.

Espérer la rencontre du riche amateur qui l’installera dans ses meubles.



Au théâtre, pour qu’on les y admire.



Ludovic Halévy

Salomon Reinach

Reynaldo Hahn

Georges Ghika

Henri Meilhac

Henri Bernstein



Aucune modestie.



Théâtre.

Sarah Bernhardt

Elle lui dit : "N’ouvre pas la bouche".



Jean Lorrain.



Un livre : L’Insaisissable...

Passage des Princes.

Elle se prend pour un véritable écrivain.



Souci principal : épater.



Elle réprimande son fils, Marc, qui veut être aviateur.



Max Jacob

Pourquoi ne seriez-vous pas une sainte ?



Indulgente envers ses propres errements.

Moins, pour d’autres.



Elle épouse Ghika.

L’entretient.

C’est un demi-fou, érotique, hystérique.



Dévotions.

Œuvres de charité.



Retrouver l’ambiance de ses jeunes années.



Mais elle vit dans un palace.



Mussolini, être pur et fort.

Espoir en la sagesse de Hitler.



Autocritique

Tu n’as jamais aimé tes amants les plus magnifiques.

J’ai été une petite Messaline détraquée.

Piteusement coquette.



Un repentir sincère la mettra en paix avec sa conscience.



CAHIERS BLEUS.



Elle a bâti sa fortune et sa réputation sur les apparences.



Cocteau.



LA BELLE OTERO



EMILIENNE D’ALENCON

Retour à la page d'accueil : ici