A2546
David Le Breton : "La saveur du monde, une anthropologie des sens"



A2546 David Le Breton : "La saveur du monde, une anthropologie des sens"

"La saveur du monde, une anthropologie des sens"

David Le Breton

Métalié

2006



Thoreau, à Walden

Il lavait sa personne des poussières du labeur.

Effaçait la dernière ride causée par l’étude.



LE TOUCHER DE L’AUTRE



Emmanuel Levinas

L’autre en tant qu’autre n’est pas ici un objet qui devient nôtre ou qui devient nous ;

Il se retire au contraire dans son mystère.



Le mélange des corps fait du toucher le sens essentiel de la sexualité.

C’est une tentative de conjurer provisoirement la séparation par la saisie de l’autre dans une même jouissance.



Freud

Eros désire le toucher, car il aspire à l’unification, à la suppression des frontières spatiales entre le moi et l’objet aimé.



Chacun se révèle à soi par le façonnement du corps de l’autre.



La main touche, et elle est elle-même touchée.



Sartre

La caresse n’est pas simple affleurement, elle est façonnement.

En caressant autrui, je fais naître sa chair par ma caresse, sous mes doigts.

La caresse est l’ensemble des cérémonies qui incarnent autrui.

Le désir s’exprime par la caresse comme la pensée par le langage.

La caresse révèle la chair d’autrui comme chair à moi-même et à autrui.



La caresse n’a de vertu que si elle est consentie par celui qui la reçoit.

Si elle n’est pas désirée, elle est une forme de violence.

Le même mouvement est selon la manière dont il est reçu un viol ou une offrande, il est intolérable s’il est imposé par la force ou l’intimidation.



L’autre se donne par la peau, mais il manque quelque chose que l’étreinte échoue à saisir.



Je prends et je me découvre en train de prendre, mais ce que je prends dans mes mains est autre chose que ce que je voulais prendre.

Je le sens et j’en souffre, sans être capable de dire ce que je voulais prendre.

Car, avec mon trouble, la compréhension même de mon désir m’échappe.

Je suis comme un dormeur qui, s’éveillant, se trouverait en train de crisper ses mains sur le rebord du lit sans se rappeler le cauchemar qui a provoqué son geste.

C’est cette situation qui est à l’origine du sadisme.

Le sadisme est passion, sécheresse et acharnement.



L’inassouvissement est la relance nécessaire d’un désir voué à l’inachevé, et donc toujours à reprendre.



Ce désir de fusion éternellement déçu est la nostalgie mais aussi la chance des amants car s’abolir dans l’autre est la fin de tout désir.



J. Brun

La caresse n’est pas une saisie, elle est plus qu’un contact : c’est ce par quoi nous cherchons à faire surgir notre ici et notre maintenant dans ceux de l’autre et à faire irradier les siens dans notre propre moi.

La caresse est révélation de soi par l’autre.

Elle est un don qui ne prend son sens que par le retour qu’elle offre dans le même mouvement.



J.-L. Marion

Autrui me donne ce qu’il n’a pas, ma chair à moi.

Et je lui donne ce que je n’ai pas, sa chair à lui.



Cantique des cantiques

3.4

Tes lèvres, ô fiancée, distillent le miel vierge.

Le miel et le lait sous ta langue.



Proust

Chaque baiser en appelle un autre.



Proverbe arabe

Seul l’ennemi pue.



L’autre est d’une nature physique en marge de l’humanité normale et ses émanations le suivent symboliquement à la manière du fumet d’un animal.

Retour à la page d'accueil : ici