A2475
Gérard Zucchetto : "Le livre d’or des troubadours"



A2475 Gerard Zucchetto : "Le livre d’or des troubadours"

"Le livre d’or des troubadours"

Gérard Zucchetto

Jörn Gruber



Par la douceur du temps nouveau

Feuillent les bois et les oiseaux
Chantent chacun dans son latin



Je ferai un vers sur pur néant.



J’ai une amie je ne sais qui elle est
Car jamais, par ma fois, je ne l’ai vue
Elle n’a jamais fait quelque chose qui me plaise ou me déplaise

Jamais je ne l’ai vue et je l’aime fort
Jamais elle ne m’a fait droit ni tort



Madame, si je vivais éternellement
Toujours je vous serais fidèle

Belle et douce amie
Pour laquelle je m’enflamme et languis
Vous m’avez conquis de telle sorte
Que jouir d’une autre ne me plairait pas



Ma belle dame, pour vous je dois être joyeux

Car à notre séparation, vous me donniez un doux baiser avec une telle douceur qu’il m’ôta le cœur du corps



Souvent je suis, misérable et ribaud

Et je conterai tous mes métiers
Porteur de viande et pirate
Rufian et trafiquant
Pêcheur et écuyer



Gausbert Amiel

Mort en 1254

De Gascogne, il fut un pauvre chevalier.

Courtois et doué pour les armes.

Il sut trouver et ne courtisa jamais une dame plus noble que lui.



Ramon Rigaut

Mort en 1250

Toute dame qui me donne son amour

Je veux d’abord qu’elle me le laisse faire
Qu’elle me donne son accord

Son bel accueil et son honneur
Sa douce étreinte et ses baisers

Car je ne suis pas de ces stupides courtois
Qui ne savent ce qu’est aimer

Jamais par amour du con
Je n’ai demandé son amour à ma dame
Mais bien pour sa fraîche couleur
Et sa bouche souriante

Car je trouverais assez de cons
Auprès de bien des femmes si je le leur demandais

C’est pourquoi je préfère la bouche que je baise souvent
Au con qui tue le désir

Retour à la page d'accueil : ici