A2383
Flaubert : Deux enthousiasmes, la débauche et le mysticisme



A2383 Flaubert : Deux enthousiasmes, la debauche et le mysticisme

C’est peut-être un goût pervers, mais j’aime la prostitution.

Je n’ai jamais pu voir passer une de ces femmes décolletées, sous la pluie, sans un battement de cœur,
de même que les robes des moines avec leur cordelière à nœuds me chatouillent l’âme en je ne sais quels coins ascétiques et profonds.



La soif de débauche.



Chaque femme possède son mystère.



Il est fascinant, attirant.



Même si elle se donne à tous.



Et j’aime aussi la foi noble.



Elle m’attire, me concerne.



Emma Bovary.



Et aussi, la tentation de saint Antoine.

Retour à la page d'accueil : ici